Edito Coup de griffe

Mauvaises ondes

Sa couleur jaune-vert acidulé et son petit nom sympa n’y feront rien. Linky, le nouveau compteur intelligent qui doit équiper 35 millions de foyers français d’ici à 2021, fait peur. Mais comment cet appareil conçu pour permettre de réaliser des économies et favoriser l’intégration des énergies renouvelables dans le réseau a-t-il fait pour s’attirer les foudres de tant de Français ? S’il émet un rayonnement équivalent à l’ancien compteur bleu, il dégage aussi de sacrées mauvaises ondes. D’ailleurs, le débat a depuis longtemps quitté le champ scientifique pour celui de l’ésotérisme.

Alors, compteur vertueux, comme l’assure ERDF, ou conteur vicieux, comme l’affirme la blogosphère ? Contaminés par le scepticisme ambiant, sincèrement soucieux de la santé publique ou se réfugiant frileusement derrière le fameux principe de précaution, certains élus ont tranché. A l’instar de Nicolas Dupont-Aignan, maire d’Yerres (Essonne), une centaine de communes ont délibéré contre l’installation du dangereux compteur. La très sérieuse Ligue des droits de l’homme craint même une intrusion de « Big Brother » chez les Français et appelle à un « moratoire sur son déploiement ». Sans compter les élucubrations de lanceurs d’alerte autoproclamés ou de complotistes avérés, qui jouent avec les peurs des Français dans le but de faire le buzz ou, plus prosaïquement, de remplir les caisses de leurs associations.
Et, puisque les peurs sont d’actualité, je me permets d’exprimer la mienne : celle de voir une France, déjà en plein doute, devenir encore plus frileuse vis-à-vis de l’innovation et des nouvelles technologies.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X