Enjeux

MaSmartHome, la maison connectée à la carte

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Lieux de travail

La start-up montpelliéraine propose une plate-forme en ligne pour rendre les logements intelligents.

Passionné de domotique depuis l’enfance, Angelo Blot a créé un bureau d’études spécialisé à la sortie de la Montpellier Business School avant d’imaginer en 2015, avec Jérôme Barthès, rencontré sur les bancs de cette école, un configurateur-estimateur dédié à la maison connectée. Cette plate-forme en ligne, baptisée MaSmartHome, propose aux internautes de choisir des fonctionnalités (sécurité, économies d’énergie, automatisation, confort) et d’estimer le coût des solutions correspondantes : détecteur de fumée, d’inondation, alarme, thermostat intelligent, gestion de la lumière ou des volets roulants, enceintes, ambiances lumineuses… « Notre plus, c’est la garantie de compatibilité des produits les uns avec les autres », commente Angelo Blot, qui a négocié des tarifs auprès d’un grossiste spécialisé. MaSmartHome va plus loin que la simple livraison directe : elle propose l’intervention d’un réseau d’installateurs « labellisés » via le formateur partenaire SmartHomePartner.

Tests sur des programmes neufs.

Après s’être lancée sur le marché des particuliers, la start-up cible le marché des promoteurs qui lui permettrait d’accélérer et de changer d’échelle. MaSmartHome leur propose donc d’utiliser son outil métier pour bâtir des offres adaptées à leurs programmes et résidences. Les fondateurs ont sablé le champagne à la mi-novembre pour saluer l’accord trouvé avec Icade au bout d’un an de discussions.

Après s’être lancée sur le marché des particuliers, la start-up cible celui des promoteurs.

Des tests démarrent sur des programmes neufs à Lyon, Paris, Nice… « Nous voulions attendre ce résultat pour lancer la société, ce que nous avons fait en novembre, indique Angelo Blot. Nous travaillons à présent à la création d’une plate-forme SaaS pour toucher les gros constructeurs et nous espérons convaincre la moitié d’entre eux d’ici à la fin 2017. »

Structures d’accompagnement. La start-up montpelliéraine a su s’ouvrir les portes des structures d’accompagnement de jeunes entreprises innovantes. Remporté en mai 2015, le concours Startup Weekend de Montpellier a dopé sa visibilité : « Nous avons reçu 800 demandes d’estimation en un mois. » Le Business Innovation Center montpelliérain l’accompagne depuis. La région Occitanie a attribué deux subventions (aides à la faisabilité commerciale et technologique), et Bpifrance une bourse French Tech. MaSmartHome a aussi frappé aux portes des accélérateurs privés locaux, tels que le programme Start2You, qui a apporté ses réseaux et permis de réaliser une vidéo promotionnelle. La jeune pousse a intégré en septembre le programme de quatre mois de l’accélérateur Sprint Montpellier (partenaire de Numa Paris) qui a pris 10 % du capital. Elle a aussi des connexions nationales : Angelo Blot est chargé de mission communication interne à la Fédération française de domotique et MaSmartHome fait partie des 20 start-up sélectionnées par le programme d’incubation « Immobilier de demain » de Paris & Co. La toute jeune entreprise, qui réfléchit avec ses mentors à un déploiement international, aura besoin d’ouvrir son capital en 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

A suivre - L'avis de l'expert

« La maison connectée ouvre un autre monde aux constructeurs.

Notre rôle de constructeur-aménageur s’arrête aujourd’hui à la livraison de la maison, mais demain nous pourrons apporter des services, proposer un carnet d’entretien numérique. Un outil tel que celui de MaSmartHome s’inscrit dans ce cadre. Une offre intégrant la dimension connectée serait un axe de différenciation important pour un promoteur.

Si cette start-up veut développer sa propre marque, cela enlèverait cet argument de différenciation au promoteur, mais en marque blanche, je suis d’accord. »

Frédéric Carteret , président régional Occitanie LCA-FFB (Les constructeurs aménageurs de la FFB)

ENCADRE

500 000 euros

500 000 euros Chiffre d’affaires prévisionnel maximal en 2017.

200 programmes immobiliers neufs et 200 particuliers espérés en 2017.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X