Autres

Mars 1967 Foucault et l’architecture : le grand malentendu

Mots clés : Architecture

Mars 1967, un philosophe encore jeune (41 ans) prononce une conférence au Cercle d’études architecturales, intitulée « Des espaces autres », où il développe la notion d’hétérotopies. Michel Foucault s’appuie ce soir-là sur l’espace – sur un mode bien -rhétorique, il faut en convenir – pour tracer les linéaments de sa pensée sur les « disciplines » : individualiser les sujets pour étudier leurs corps, normaliser leurs comportements et réguler leurs mouvements.

Juin 1984, Michel Foucault, devenu professeur au Collège de France, décède. Quelques mois plus tard, cette conférence est publiée pour la toute première fois par AMC (octobre 1984, p. 46-49), soit près de vingt ans après qu’elle ait été prononcée.

Depuis, les hétérotopies ont connu une fortune inattendue. Elles sont devenues l’un des mots-valises du trousseau de base du parfait étudiant architecte, mais également un mot qui trahit l’état d’esprit et les préoccupations de l’époque. Aujourd’hui, il est même rare que l’on s’engage dans un banal projet sans que le mot soit -évoqué !

L’époque était à l’histoire, affirmait Michel Foucault, mais elle reviendra à l’espace, ou plutôt aux relations d’espacements. Nous étions alors en pleine heure de gloire du structuralisme « à la française ». Le monde, nous disait-il, ne s’éprouve plus tant « comme une grande vie qui se développerait à travers le temps que comme un...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 249 du 14/03/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X