Technique et chantier

Marc Coppens interview du président de ConstruirAcier « ConstruirAcier aide les maîtresd’œuvre à être plus créatifs »

Mots clés : Acier - Concours d'architecture - Démarche environnementale - Développement durable - Produits et matériaux - Rénovation d'ouvrage

Alors que l’acier dans la construction a su maintenir ses positions en 2007 et début 2008, l’organisme de promotion de ce matériau fait peau neuve pour mieux assurer cette tâche dans un contexte toujours plus concurrentiel.

L’Office technique pour l’utilisation de l’acier (OTUA) est devenu ConstruirAcier (*). Quelle est la raison de ce changement ?

Simplement parce que notre environnement change. Et plutôt que de promouvoir l’acier dans tous ses domaines d’utilisation nous choisissons de nous concentrer sur un secteur phare qui est celui du bâtiment et des travaux publics, essentiel dans les enjeux à venir. Notre économie est entrée dans une phase postindustrielle et notre société devient chaque jour plus complexe. Que faire, face à l’urbanisation croissante, face au développement du secteur tertiaire, et plus encore face aux exigences du développement durable ? Ces évolutions combinées appellent des réponses adaptées en termes d’urbanisme, d’architecture et de solutions constructives. Toutefois, il faudra expliquer et convaincre l’ensemble de nos concitoyens et de nos décideurs, ainsi que les pouvoirs publics, pour que ces changements inéluctables soient admis et acceptés. Les constructions en acier, de par leurs caractéristiques et avantages spécifiques, vont se trouver, plus encore que d’autres, au centre de cette évolution. Il sera donc nécessaire d’aider et d’accompagner ceux qui vont promouvoir ce progrès en même temps qu’ils en seront les acteurs.

Concrètement, quelles vont être les missions de ConstruirAcier ?

ConstruirAcier est l’outil de communication et de promotion de l’acier dans la construction. Avec l’ensemble de nos partenaires, nous souhaitons faire connaître à tous les maîtres d’œuvre, tous les maîtres d’ouvrage publics comme privés, les avantages des systèmes constructifs en acier. Avec eux, nous voulons explorer les nombreuses variétés d’application de ce matériau, répondre à leur créativité et les aider à être encore plus créatifs. En outre, nous allons soutenir vigoureusement les filières d’enseignement en aidant les talents débutants à s’exprimer pour faire naître des vocations.

Cela va donc passer par des actions spécifiques ?

Oui, et elles sont variées. Publication d’ouvrages, organisation de journées d’information, de tables rondes, participation à des salons, sans oublier notre site Internet, seront autant de vecteurs dont ConstruirAcier va se servir. Par exemple, nous organisons la 7e édition du concours Acier qui aura pour thème « Immeuble de bureaux et acier ». Les étudiants des écoles d’architecture et d’ingénieurs pourront réfléchir à des espaces de travail tels qu’ils souhaiteraient les concevoir et les pratiquer. L’acier jouera bien sûr le premier rôle dans ce projet : structure, enveloppe, métallerie… Le règlement est en ligne et a été adressé aux établissements pour la rentrée de l’année universitaire 2008-2009.

Plus globalement, comment se porte le marché de l’acier dans la construction ?

Il ne s’est jamais aussi bien porté grâce à une demande mondiale particulièrement soutenue. En France, nous craignons néanmoins un ralentissement dans le bâtiment industriel mais nous pensons qu’il peut être compensé par le marché de la rénovation ou plus exactement par l’adaptation des bâtiments existants. Ainsi, les modes de vie et les besoins évoluant, l’habitat et tous les secteurs de la construction (bureaux, bâtiments industriels…) suivent le mouvement. Les solutions constructives en acier le permettent. Il est même possible de créer des extensions en façade ou des surélévations grâce à une structure en acier et des planchers collaborants.

Les conclusions du Grenelle de l’environnement et plus largement l’incontournable développement durable vous paraissent-ils bénéfiques pour l’acier ?

Bien évidemment, c’est une opportunité. La construction en acier offre des solutions acoustiques et thermiques performantes, notamment avec des systèmes de tôles minces placées en parement extérieur avec ou sans complément d’isolant. De plus c’est un matériau indéfiniment recyclé, pour produire des poutrelles ou des tôles en acier.

Enfin, nous tirerons des bénéfices des conclusions du Grenelle de l’environnement, ne serait-ce que par la prise de conscience des thèmes centrés sur le développement durable : intérêt de l’économie des matériaux de construction et leur recyclage, le besoin de créer des bâtiments durables donc évolutifs, modulables, facilement réhabilitables… autant de sujets pour lesquels la construction en acier offre la meilleure réponse…

Concernant l’acier, vous parlez bien de recyclage et non de réutilisation ?

Effectivement, il s’agit là d’une nuance sémantique importante. Dans le cadre d’opérations de démolition ou de déconstruction, l’acier est totalement récupéré pour être refondu et redonner un produit entièrement neuf, possédant les qualités d’origine et utilisable comme tel. Cette opération de recyclage peut être répétée indéfiniment. Cela n’est pas le cas avec d’autres matériaux qui vont être broyés pour être utilisés, une seule fois, à d’autres fins.

Le recyclage de l’acier est donc un atout unique dans l’approche du développement durable.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Parcours

Marc Coppens, 63 ans, a dirigé pendant vingt ans des entreprises présentes dans tous les secteurs de la construction en acier : structure, façade et métallerie dont notamment Serru à Château-Gontier, Ateliers David à Guérande et Nantes, Tôlerie Service à Aze, Avanti à Château-Gontier…

De 1997 à 2005, président du SCMF (Syndicat de la construction métallique de France).

De 1998 à 2006, administrateur de la FFB, de l’UIMM et de la FIM.

De 2004 à 2006, président du CTICM (Centre technique industriel de la construction métallique).

Pendant trois ans, président de la fédération départementale du bâtiment en Mayenne.

Depuis mars 2008, il est président de ConstruirAcier.

ENCADRE

L’acier dans la construction en 2007

840 000 tonnes ( 4 % par rapport à 2006) dont :

Bâtiment 680 000tonnes dont :

• bâtiments industriels : 73,5 %

• non-résidentiels : 24,3 %

• résidentiels : 2,2 %

Travaux publics 160 000 tonnes dont :

• ponts : 29,4 %

• poteaux : 23,7 %

• autre ingénierie civile : 46,9 %

(*) Les membres de ConstruirAcier sont : la FFDM (Fédération française de la distribution des métaux), le SCMF (Syndicat de la construction métallique de France), le SNPPA (Syndicat national du profilage des produits plats en acier), le CTICM (Centre technique industriel de la construction métallique), ArcelorMittal, Dillinger Hütte, Duferco, LME (groupe Beltrame), Salzgitter Mannesmann France (groupe Peiner Träger), Stefana.
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X