Architecture et urbanisme

MAITRISE D’OUVRAGE Vingtième anniversaire prospectif pour la Miqcp

Mots clés : Concours d'architecture - Maîtrise d'ouvrage - Maîtrise d'œuvre

Née en 1977, l’année même où était promulguée la loi qui définissait l’architecture comme « expression de la culture » et la proclamait « d’intérêt public », la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (Miqcp) était alors directement issue des réflexions du rapport Tricot sur la commande publique d’architecture.

Le constat qu’il dressait était sévère. Si les traces de la « politique des modèles » mise en oeuvre par le ministère de l’Education nationale sont encore partout visibles, on oublie que tous les ministères constructeurs d’alors travaillaient de la même manière : commandes directes, choix restreint de concepteurs sur listes d’agrément, hyperfonctionnalité des programmes au détriment de l’image institutionnelle et du contexte urbain.

Le premier travail de la Miqcp aura donc été de mettre en place la politique des concours d’architecture publique. Non sans défaut et souvent contestés par les architectes comme par les maîtres d’ouvrage, les concours ont cependant contribué largement au renouvellement de la production architecturale française.

Un souci de qualité pour l’environnement, la ville et le territoire

C’est à partir de cette première expérience de la Miqcp que furent rédigés la loi MOP (maîtrise d’ouvrage publique) de 1986 et ses décrets d’application de 1993. Puis la Miqcp a joué de plus en plus le rôle d’interface entre les maîtrises d’ouvrage et d’oeuvre – les fiches pratiques qu’elle publie s’intitulent « médiations »… – dans l’application de ces textes complexes.

Pour autant, Jean-Paul Alduy, l’actuel président de la Miqcp après Joseph Belmont et Jean Millier, n’entend pas faire de son vingtième anniversaire un événement commémoratif. Avec Jacques Cabanieu, secrétaire général, il a au contraire orienté le contenu de la journée d’échanges prévue le 26 septembre, à la tour Eiffel, vers les enjeux de demain : comment atteindre la qualité dans notre environnement contemporain, et étendre cette exigence à la ville (aménagements urbains) et au territoire (infrastructures) ? Comment évoluent les modes d’accès à la commande ? Comment procèdent nos voisins européens ?

Autant de questions qu’introduiront avant le débat final une dizaine d’intervenants, dont ,bien sûr, Jean-Paul Alduy et Jacques Cabanieu, mais aussi Alain Gille, Roland Schweitzer, François Jourda, Massimilinao Fuksas.

Renseignements et inscriptions (dans la limite des places disponibles) auprès de la Miqcp, tél. : 01.40.81.23.30, fax : 01.40.81.23.78, ou d’Ariane Dienstag, tél. : 01.42.05.07.27, fax : 01.42.05.07.27.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X