Régions

Maîtrise d’ouvrage Sortie de crise par le haut pour CUS Habitat

Mots clés : Concours d'architecture - Logement social - Politique du logement

Avec un plan d’investissement chiffré à 680 millions d’euros sur dix ans, CUS Habitat manifeste son intention de sortir par le haut d’une crise financière spectaculaire : le bailleur rattaché à la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) détient le plus important parc social d’Alsace (20 300 logements).

Deux sonnettes d’alarme tirées par la mission d’inspection interministérielle pour le logement social et par la chambre régionale des comptes ont mis en pleine lumière un besoin de financement que s’engagent aujourd’hui à combler les tutelles nationale et locale : 5 millions d’euros pour la CUS, 15 millions pour la caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS). Selon la direction de CUS Habitat, le trou s’expliquerait par l’incapacité de l’organisme à faire face à trois opérations simultanées de rénovation urbaine, qui pèsent un investissement total de 141 millions d’euros, répartis entre les quartiers strasbourgeois de la Meinau et du Neuhof ainsi que la cité des Hirondelles à Lingolsheim. Ce facteur conjoncturel s’ajouterait à des données structurelles : « Nous figurons parmi les rares organismes à avoir conservé le statut d’OPHLM, alors qu’un fonctionnement administratif cadre mal avec notre activité ; d’autre part, aucun de mes prédécesseurs n’était entré à CUS Habitat avec une expérience de directeur général », souligne Bernard Matter, qui a succédé en 2008 à Michel Debeaux, après avoir dirigé les entreprises publiques locales Habitation Moderne et Foyer moderne de Schiltigheim. La mise en place d’une comptabilité commerciale accompagne le plan de consolidation de l’entreprise.

Pratique nuancée des nouveaux seuils

Marqué par un pic entre 2010 et 2014, l’important programme décennal d’investissement n’en constitue pas moins la marque d’une certaine continuité dans un processus de relance de la production accompagné par un dialogue fructueux avec les architectes. Cette profession avait notamment apprécié la pratique de réunions instituée par Michel Debeaux pour expliquer les choix de conception à l’ensemble des équipes participant aux concours. « Nous maintiendrons cette pratique », annonce Bernard Matter. Des soucis d’efficacité amèneront néanmoins CUS Habitat à réduire à trois, au lieu de cinq, le nombre d’équipes invitées aux concours sur esquisse. « Je m’intéresse moins à la reconstruction de la ville qu’à l’amélioration du confort de ses habitants », commente Bernard Matter, dont la référence favorite reste la réhabilitation de la cité de l’Ill, réalisée à Strasbourg dans les années quatre-vingt-dix par Habitation Moderne : parfaitement conservé, ce programme a apporté des balcons aux habitants, entraînant ainsi une amélioration du confort et de l’esthétique des immeubles.

Pour choisir les entreprises, le nouveau directeur préside la commission d’appel d’offres, alors que cette tâche incombait jusqu’ici au président. Tout en profitant du relèvement des seuils introduits en décembre dernier dans le Code des marchés publics, le maître d’ouvrage préserve des principes de mise en concurrence : publication d’appels d’offres au-dessus de 90 000 euros, réunion de la commission d’appel d’offres pour les marchés situés entre 90 000 et un million d’euros ; procédures souples, soumises à contrôle interne, pour sécuriser les marchés situés sous les cinq millions d’euros. Déjà engagé dans les années 2000 avec un programme de toitures solaires qui couvrent 7 000 m2, le basculement de CUS Habitat dans la culture du Grenelle de l’environnement va s’accélérer. Les rénovations basse consommation programmées cette année sur 536 logements de la Musau en témoignent. Un diagnostic en cours de finalisation doit aboutir à systématiser des consommations inférieures à 150 kWh/m2.an d’ici à 2020.

Affectée par la prépondérance des zones urbaines sensibles dans le patrimoine, mais aussi par un manque de visibilité du siège social dans la ville, l’image de l’organisme devrait profondément se renouveler dans les années à venir : CUS Habitat construira son futur siège dans la ZAC Etoile, symbole de l’extension du centre-ville de Strasbourg vers le Rhin.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Projets phare

Construction du nouveau siège social. Programmiste : Walter Picco. Budget : 9 millions d’euros. Lancement du concours d’architecture : fin 2009. Livraison : 2012.

Trente-cinq logements dans l’îlot de Lombardie. Surface hors œuvre nette : 3 115 m2. Coût prévisionnel : 5,175 millions d’euros. Maître d’œuvre : AGM. Calendrier des travaux : septembre 2009-avril 2011.

ENCADRE

CONTACT

Bernard Matter, directeur général, tél.: 03.88.21.18.30.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X