Régions

Maine-et-Loire Une SEM pour les énergies renouvelables

>Utiliser 20 % d’énergies renouvelables, réduire de 20 % les gaz à effet de serre et la consommation d’énergie dans les bâtiments publics, tels sont les objectifs que le conseil général de Maine-et-Loire souhaite atteindre d’ici à 2020. Dans ce but, il s’est doté en juin d’une SEM dont le panel de missions est large : réalisation d’études, financement, maintenance, voire exploitation d’installations. Il s’agira par exemple de placer des panneaux photovoltaïques sur les toits des collèges ou encore d’équiper de chaufferie biomasse les nouveaux quartiers. Le capital de la SEM « Anjou énergies renouvelables » est réparti entre sept actionnaires dont le conseil général à hauteur de 56 % (1).

« Le recours à l’emprunt est envisagé pour réaliser les investissements prévus et la vente d’énergie permettra de couvrir le montant des remboursements d’emprunt », explique Marie-Jo Hamard, conseiller général.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Les autres actionnaires de la SEM sont le Syndicat intercommunal d’énergies de Maine-et-Loire, la CDC, la Caisse d’épargne, le Crédit agricole, le Crédit mutuel et la Banque populaire.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X