Enjeux

Maindron AMTC, le couteau suisse du bois

Mots clés : Bois - Entreprise du BTP - Structure en bois

En rachetant AMTC à Spie Batignolles, les frères Maindron se sont imposés parmi les spécialistes français du renforcement des structures en bois.

De leur père Georges, entrepreneur et inventeur, qui a évolué de la tradition familiale du gros œuvre au marché de la protection du bois, Fabrice et Laurent Maindron ont en commun le même goût pour les moutons à cinq pattes. Et heureusement, car c’est la spécialité de cette PME qui compte parmi les 22 entreprises en France à détenir la précieuse qualification 2391 « Réparation et renforcement d’ouvrages de charpente traditionnelle en bois ou en bois lamellé collé sur des bâtiments contemporains ou protégés au titre des monuments historiques ».

En 1984, quand Laurent intègre l’entreprise, celle-ci n’intervient que dans la préservation des bois. Au fil des chantiers, Maindron commence à s’intéresser aux pathologies et à la réparation des structures en bois, en faisant appel à de la sous-traitance. « En fait, nous sommes assez rapidement venus à ne travailler qu’avec un seul partenaire, à savoir l’entreprise AMTC », explique Fabrice Maindron, qui a rejoint la société en 1991. La collaboration régulière avec AMTC dure jusqu’à ce que Spie Batignolles la rachète début 2005, avec l’objectif de monter un pôle bois de spécialité. « Ça n’a pas été une bonne nouvelle, mais je n’ai jamais cru que ça allait marcher dans la galaxie de Spie Batignolles, trop axée sur le gros œuvre », raconte Fabrice Maindron, qui continue de suivre l’évolution de son sous-traitant préféré. En 2007, Maindron recrute un des chargés d’affaires d’AMTC pour tenter de revenir sur ce marché. « Nous avons vite vu nos limites techniques en l’absence d’un cahier des charges sur un procédé de restructuration des bois par résines époxydiques, souligne Fabrice Maindron. Lorsque nous avons su que Spie Batignolles se séparait finalement d’AMTC, nous nous sommes tout de suite portés candidats. »

Une acquisition conclue en 2013.

Après un audit conduit par le cabinet nantais Quadrare, pour cerner les synergies possibles, les discussions avec Spie Batignolles pour le rachat du fonds de commerce d’AMTC démarrent en septembre 2012. Durant l’été 2013, les frères Maindron acquièrent et intègrent la totalité d’AMTC. Le personnel de Maindron dédié au renforcement de structures rejoindra par la suite la nouvelle entité spécialisée qui sera alors baptisée Maindron AMTC. « L’administratif a été transféré dans notre nouveau siège social près de Nantes et le matériel a rejoint notre dépôt de Bagnolet, en région parisienne », précise Fabrice Maindron. Avec les 7 salariés d’AMTC, Maindron AMTC se dote donc d’un savoir-faire dans le renforcement des structures bois mais aussi du précieux cahier des charges sur la méthodologie Résibois. « Ce cahier des charges est validé par Socotec et c’est une garantie fondamentale dans nos métiers », ajoute Fabrice Maindron.

Aujourd’hui, Maindron AMTC et Maindron SE, spécialisée en traitement des bois, réalisent un volume d’affaires de 2 millions à 2,3 millions d’euros avec une vingtaine de salariés. Bien que son siège se situe en Loire-Atlantique, Maindron AMTC intervient à 90 % en région parisienne où elle accumule les références prestigieuses comme le château de Versailles, le Sénat ou de nombreux hôtels particuliers. En plein développement, l’entreprise cherche à recruter un chargé d’affaires et trois charpentiers en région parisienne. « Nous cherchons également à élargir notre clientèle à travers une nouvelle croissance externe et, pourquoi pas, auprès d’une autre major », annonce Fabrice Maindron.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X