Annuel aménagement

Madrid Un parc écologique réactive d’anciens canaux

Mots clés : Aménagement paysager - Architecte - Architecture - Concours d'architecture - Eau - Espace vert - Qualité environnementale - Transport fluvial - Travail

En périphérie sud de Madrid, l’architecte japonais Toyo Ito réalise un parc urbain qui réutilise partiellement l’ancien système d’irrigation afin de transformer un paysage agricole abandonné et asséché. La forme singulière du réseau hydrologique ainsi créé – une arborescence – génère un système naturel de purification de l’eau et des paysages très variés.

A Vallecas, à quelques kilomètres au sud-est de Madrid, le parc de la Gavia doit devenir une pièce maîtresse d’Eco-Valle, un vaste projet urbain intégrant des objectifs environnementaux élevés. Il pourrait accueillir les épreuves de canoë-kayak si le choix de Madrid pour l’organisation des jeux olympiques de 2016 était arrêté. La décision du CIO, qui sera annoncée le 2 octobre prochain, accélérerait la réalisation de ce projet, en compensant partiellement les effets de la crise immobilière. L’architecte japonais Toyo Ito, lauréat du concours international en 2003, a imaginé un parc de près de 40 hectares en lieu et place d’un site asséché délaissé par l’agriculture, à proximité de la rivière Gavia. A terme, celui-ci constituera le poumon vert du projet urbain ambitieux qui programme sur ce site pas moins de 26 000 logements. Il s’agit donc de réinventer un paysage pour accueillir une population de près de 80 000 habitants. Le projet de Toyo Ito s’appuie sur l’utilisation de l’eau de la rivière en tant que ressource naturelle pour transformer ce site aride et en faire une sorte d’oasis. Il propose notamment de réactiver un réseau d’irrigation préexistant, abandonné et néanmoins réutilisable. L’idée consiste à purifier l’eau par un système biologique naturel pour l’utiliser afin de favoriser la régénération verte du site. Le concept imaginé est celui de « l’arbre d’eau » décliné sous deux formes structurellement différentes : l’arbre d’eau dit « de crête » au dessin inspiré d’un arbre vu de dessus, et l’arbre d’eau dit « de vallée », inspiré d’une vue de face. La superposition de ces deux formes crée une structure en arborescence qui permet de purifier l’eau puis d’irriguer le site. A la fois creusés dans le sol naturel et mis en œuvre par remblais, ces éléments paysagers d’inspiration « fractale » sont au nombre de dix.

La topographie du parc est ainsi entièrement dictée par l’écoulement de l’eau, la vue aérienne révélant particulièrement bien la logique du territoire remodelé. Car si le concept d’arbre d’eau est avant tout un système de purification basé sur le cycle de la nature, il génère aussi des paysages horizontaux très variés dans chacune des structures géographiquement indépendantes.

Pour décrire ce qui a inspiré son projet, l’architecte japonais évoque le projet de ville de trois millions d’habitants que Le Corbusier avait imaginé en 1922 pour transformer Paris en une cité verte. Il proposait alors au cœur de sa ville idéale des gratte-ciel dotés de plans en croix, « des arbres de logements » comme les décrit Toyo Ito. « Au XXIe siècle, poursuit-il, afin de faire du parc de la Gavia un véritable lieu de verdure, nous proposons de planter des arbres d’eau. » De la même manière que dans le projet de Le Corbusier, ils sont envisagés comme une sorte d’acte élémentaire, pour replanter le site et générer de nouveaux écosystèmes. Les trois premiers sont en cours de réalisation et l’efficacité du dispositif hydraulique en tant que système naturel de purification de l’eau est testée. Des parcours de promenades seront aménagés et de nombreux équipements installés parmi lesquels une tour d’observation, un musée ou encore un auditorium en plein air.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Lieu: Parc de la Gavia, Madrid, Espagne.

Maîtrise d’ouvrage: Ville de Madrid, Empresa Municipal

de la Vivienda y Suelo (EMVS).

Concepteurs: Toyo Ito, Takeo Higashi, Akihisa Hirata, Wataru Fujie, Akio Takatsuka, Rie Kigami, Takahiro Akiyama, Andrew Barrie (architectes) ; Ken-ichi Shinozaki, Shuichi Kobari (architectes associés); Antonio Marquerie Tamayo, Dario-Ignacio Gazapo de Aguilera, Conchita Lapayese Luque (architectes associés en Espagne).

Paysage et biologie: Mikiko Ishikawa (Keio University); Rafael Mata Olmo et Pedro Molina Holgado (Universidad Autónoma de Madrid); Luis Tejero Encinao.

Ingénierie structurelle et hydraulique: Takakuni Murai (Kankyo Reform); Jesús Jiménez Cañas; Ove ARUP (Madrid); Juan Azcasate.

Calendrier: concours, 2003 ; réalisation, 2007-2012.

Superficie: 39 ha.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X