Régions

LYON Projet Lyon Confluence : Deux places, une passerelle, une consultation de promoteurs

Mots clés : Architecte - Architecture - Collectivités locales - Concours d'architecture - Droit de l'urbanisme - Economie mixte

Démarrage de l’un des plus grands chantiers urbains de l’Hexagone

Quatre équipes de maîtrise d’oeuvre retenues pour trois projets, le dépôt courant avril du permis de construire du pôle de loisirs de 80 000 mètres carrés, une consultation de promoteurs pour 75 000 mètres carrés de logements et de bureaux, l’accélération du projet Lyon Confluence, bien qu’inscrite au calendrier, reste d’une exceptionnelle envergure.

Quatre-vingt-dix candidats, dix-huit finalistes pour les concours de maîtrise d’oeuvre de la place des Archives, de la place nautique et des passerelles piétonnes, et des vainqueurs révélés le 26 février par Gérard Collomb, président du Grand Lyon, avec des projets jugés sur trois critères : l’esthétique, la technique et la pérennité. Si les élus membres du jury ont admis des divergences d’opinion, les concepteurs, paysagistes et urbanismes membres du jury (*) ont rapidement convergé vers les projets vainqueurs.

Place des Archives (achèvement en 2006, 6 500 m2, 1,8 million d’euros). HYL (Paris) l’emporte avec un projet de « grande franchise et de grande simplicité » selon François Grether, urbaniste en charge de Lyon Confluence. Le calcaire clair en place centrale et les plantations en périphérie offrent une grande lisibilité à l’ensemble qui doit concilier les fonctions de place de quartier et de lieu d’échanges intermodal et anticiper les transformations à venir des façades riveraines.

Place nautique (achèvement en 2007, 4 ha dont 2 ha d’eau, 5,6 millions d’euros). « Sobriété, rigueur, simplicité » pour François Grether définissent le projet vainqueur d’ADR-Sefco-Georges Descombes (Genève), grand espace public central de Lyon Confluence. « Ambitieux et moderne par la radicalité de l’espace » pour Jean-Paul Viguier, concepteur du futur pôle de loisirs. La place, qui entretient un fort rapport à l’eau jusqu’à la toucher, sera en parfaite osmose avec le pôle de loisirs. Lieu emblématique d’une nouvelle centralité, elle marie les fonctions de loisirs, commerces, habitations et bureau dans un rapport étroit avec la Saône qu’elle fait entrer en ville. Michel Corajoud, paysagiste, précise : « Le projet est très retenu, sans bavardage, qualité première d’un espace public. » Ce que Michel Desvigne, autre paysagiste, traduit ainsi : « L’esprit portuaire est décliné sans pastiche, sans nostalgie. »

Passerelles piétonnes (achèvement en 2007, 1,5 million d’euros). Bien que franchissant le bassin nautique, elles sont l’objet d’un concours spécifique remporté ex aequo par RFR (Paris) et Feichtinger Architectes (Paris). Elégance et finesse qualifient le premier projet. Original et fin, plus ambitieux, qualifient le second, techniquement plus complexe. A la lecture des réponses des concepteurs aux questions du maître d’ouvrage, le choix ultime devrait être révélé en avril. A ces équipements publics, ajoutons quelques autres équipements sous maîtrises d’ouvrage publique et privée tels le prolongement du tramway (Sytral/Bruno umetier/Semaly), le musée des Confluences (département du Rhône/CoopHimmelb(l)au), un parc de parc de stationnement (délégation en cours), le pavillon de la gare Lyon-Perrache (SNCF/Arep), et le pôle de loisirs (Unibail/MAB/Jean-Paul Viguier), et on comprendra que Lyon Confluence va rapidement devenir (et pour quelques années) un des plus grands chantiers de France, si ce n’est le plus grand.

(*) Jean-Paul Viguier, François Grether et Michel Desvigne (urbaniste et paysagiste assistants de la SEM Lyon Confluence, maître d’ouvrage), Michel Corajoud.

DESSINS :

« Vers l’est [de la place des Archives d’Hannetel-Yver-Laforge], en direction du Rhône, le regard se perd dans un fond végétal (…). Le bosquet de pins marquera la limite est de la place. »

« Au nord, le quai bas [de la place nautique d’ADR-Sefco-Georges Descombes] est recouvert de grands pavés de béton avec joints ouverts (…) soit enherbés soit remplis de mortier affleuré. »

ENCADRE

Appel à promoteurs

Au nord des futurs place nautique et pôle de loisirs, la SEM Lyon Confluence engage la réalisation d’un nouveau quartier au travers du lancement, mi-mars, d’un dossier de consultation de promoteurs pour trois lots d’un total de 75 000 m2 SHON (60 000 m2 de résidentiel, 15 000 m2 de bureaux et activités commerciales). Originalité : la fixation d’une fourchette pour la charge foncière avec pour souci de neutraliser son influence dans l’élaboration des réponses.

Trois lots sont proposés : un premier (A, sur la carte ci-contre) en bord de Saône de 18 750 m2 principalement en résidentiel haut de gamme ; un deuxième (B) de 30 750 m2 en centre d’îlot à la diversité plus grande, du haut de gamme au logement social (3 500 m2 pour ce dernier) ; un troisième, enfin (C), de 24 000 m2 à la diversité de fonctions avérée avec 13 500 m2 de tertiaires et 10 500 m2 de résidentiel (dont 3 850 m2 de logement social). Selon les lots, la charge foncière évolue de 6,5 à 11,2 millions d’euros, soit un prix moyen de 275 à 500 euros/m2.

Le choix connu fin 2004

Mi-mai, les candidats promoteurs/investisseurs devront avoir déclaré leur intérêt pour un ou plusieurs lots insécables sur la base d’un cahier des charges détaillé – qualité architecturale, HQE (voir encadré ci-dessous), mixité, etc. – après s’être constitués en équipe (architecte, ingénierie avec composante HQE). « Pour assurer la diversité de la qualité architecturale, les promoteurs devront se présenter avec plusieurs architectes », insiste Jean-Pierre Gallet, directeur de la SEM Lyon-Confluence, sachant qu’un lot se compose de plusieurs immeubles (*).

Mi-juin, la société d’économie mixte Lyon Confluence retiendra de trois à six candidats par lot qui auront jusqu’à octobre pour peaufiner leur offre. L’analyse finale avec choix définitif interviendra fin 2004 pour un démarrage des chantiers courant 2006 et une livraison fin 2007, courant 2008.

Ce futur quartier avec son parc d’un hectare en coeur d’îlots, à développer sur une idée originale de François Grether et Michel Desvigne (associant le parc des berges du Rhône et le port), la place nautique et le pôle de loisirs, composeront un ensemble de quelque 18 hectares, coeur battant du projet Lyon Confluence.

(*) Les promoteurs s’engagent à rémunérer l’architecte et l’ingénierie dès l’étape projet.

PLAN :

Le programme résidentiel et tertiaire, la place nautique, son bassin et le pôle de loisirs composeront un ensemble de 18 ha, coeur de Lyon Confluence, en bord de Saône.

ENCADRE

Un Concerto européen

Lyon Confluence concourt au programme européen Concerto en équipe avec Saragosse et Bracknell dans la banlieue londonienne. Si l’Europe retenait ce projet, les promoteurs recevraient des subventions « non négligeables » pour la poursuite de deux objectifs HQE : réduction de la consommation énergétique et réduction d’émission de CO2 avec, par exemple, la production d’eau chaude sanitaire solaire et l’installation d’une chaufferie mixte gaz-bois.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X