Territoires

Lyon L’église Saint-Bernard reconvertie en centre d’affaires

Mots clés : Établissements de culte, funéraire

Nichée sur les pentes de la Croix-Rousse à Lyon, l’église Saint-Bernard, désaffectée depuis 2008 et tout juste désacralisée, va renaître grâce à un projet porté par Urban Project avec Carré d’Or pour le financement-promotion et exploitation et les agences Gilles Perraudin Architecture et Alep (Charlotte Vergély). Le projet combine la reconversion de l’église en centre d’affaires et la création d’un espace public relié avec le quartier.

Inachevé, cet édifice signé Tony Desjardins, aujourd’hui caché au milieu d’un terrain en friche, est totalement inaccessible depuis la rue. « Faute de moyen, l’église ne possède ni clocher, ni parvis », expliquent les architectes. Le percement du funiculaire, fin 1889, a quant à lui créé des désordres de stabilité et d’infiltration. Les travaux de confortement réalisés depuis ont permis de stabiliser le bâtiment mais pas le terrain. Pour « gommer » les 13 m qui séparent l’église de la place Colbert située en contrebas, Gilles Perraudin a imaginé une construction qui fera office de soutènement et permettra d’accueillir des espaces (restaurants, cafés…) qui prendront place sous les terrasses ouvertes au public. Deux escaliers monumentaux, de part et d’autre des trois terrasses végétalisées, permettront de rejoindre le parvis de l’église. Amoureux de la pierre, Gilles Perraudin traitera ces surfaces avec des pierres identiques à celle de l’église.

Dix millions d’euros d’investissement.

L’édifice, qui retrouvera son portail d’entrée, sera transformé en espaces de travail sur trois niveaux, disposés de part et d’autre de la nef dans les chapelles latérales. « Nous avons adapté le programme au lieu en gardant les 17 m de hauteur », souligne Charlotte Vergély, architecte. Le centre d’affaires comprendra 32 cellules de travail de 25 à 40 m2 et 750 m2 d’espaces communs. Un système de coursives reliera les différents espaces. Le projet est intégré dans la révision en cours du plan local d’urbanisme (PLU). Les travaux ne débuteront qu’en 2018 et nécessiteront un investissement de l’ordre de 10 millions d’euros. L’église restera propriété de la Ville, qui a signé un bail emphytéotique de soixante ans avec le preneur.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X