Territoires

Luxembourg Le projet urbain Belval entre en phase haute

S’il n’a jamais baissé de tension depuis son lancement il y a une décennie, le projet d’aménagement du site Esch-Belval au Luxembourg est entré depuis quelques mois dans une phase particulièrement intense. Agora, la société publique-privée pilote de la reconversion de la vaste friche sidérurgique frontalière de la France, comptabilise 13 chantiers bien avancés pour un total de 100 000 mètres carrés. De plus, 155 000 mètres carrés sont lancés entre début 2016 et 2017 à parité entre des maîtrises d’ouvrage privées et publiques, représentant plus de 300 millions d’euros de travaux. Ces nouvelles étapes suivent la livraison, il y a un an, d’espaces publics structurants et la première rentrée du site décentralisé de l’université du Luxembourg, « si bien que toutes les fonctions urbaines prévues dans le master plan d’origine sont désormais représentées », relève Robert Kocian, directeur du développement d’Agora. Belval accueille 10 000 salariés, élèves, étudiants, chercheurs et habitants dans ses 425 000 mètres carrés déjà livrés.

Promoteurs étrangers.

Le programme des bâtiments universitaires arrivera pour l’essentiel à son terme fin 2016 et courant 2017, grâce aux livraisons notamment de la Maison des arts et des étudiants et de la bibliothèque. Ces opérations boucleront l’aménagement de la zone pionnière du projet urbain, la Terrasse des hauts-fourneaux. L’arrivée déjà effective de 2 000 étudiants a déclenché, en outre, une série de résidences dédiées à cette catégorie d’occupants. Everop, le pionnier du genre sur place, poursuit ses projets. Il est rejoint par d’autres opérateurs dont Perrard, la filiale luxembourgeoise d’Eiffage, qui réalise d’ici à l’an prochain 152 studios ou petits appartements couplés à des commerces et à un appart’hôtel. Dans cet investissement du major français via sa structure locale, Agora voit le début d’« internationalisation » des acteurs privés de Belval. Ce mouvement s’amplifie. Il forme le dénominateur commun aux trois plus importants nouveaux projets tertiaires : 7 500 mètres carrés par Strabag Real Estate, 14 000 mètres carrés chacun par le franco-suisse Capelli (incluant une centaine d’appartements) et par le belge Atenor en association et pour le compte d’un informaticien luxembourgeois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X