Territoires Lorraine

LQE met à l’honneur l’excellence constructive

Le 1er avril, la 8e édition du prix Lorraine Qualité Environnement (LQE) a mis à l’honneur six réalisations parmi 20 projets ayant mobilisé pas moins de 240 entreprises régionales. Grand habitué des trophées régionaux et nationaux, le bailleur le Toit vosgien a remporté une nouvelle distinction dans la catégorie Logements avec cinq habitations passives conçues par l’architecte Régis Colin, à Saint-Amé. Autre lauréat vosgien, la commune de Hadol a séduit le jury par son groupe scolaire réunissant école, cantine et gymnase sous une même ossature en bois communal. Labellisée « Terres de hêtre », la construction présente un coût de 1 522€ HT/m² Shon pour une consommation de 50,1 kWhep/m².an labellisée Passivhaus. « Inscrit dans une démarche globale, ce projet nous a permis de démontrer que l’usage du bois local n’était pas une contrainte », souligne l’architecte Nathalie Larché.

A Vandœuvre-lès-Nancy, la reconversion de la ferme du Charmois en un ensemble de salles associatives s’est distinguée par son caractère participatif et le raffinement de son intégration paysagère. Le cabinet troyen E & F Architect a consulté les utilisateurs tout au long du projet et leur a remis, à l’issue du chantier, des fiches d’entretien détaillant une maintenance allégée. La végétation des abords de la ferme a été conservée et l’enduit à la chaux du bâtiment prévoit des anfractuosités où les oiseaux pourront venir nicher.

Trois lauréats impossibles à départager.

Dans la catégorie « locaux professionnels », le jury présidé par Dominique Gauzin-Müller, architecte et écrivain, n’a pas réussi à départager trois dossiers aussi différents que remarquables. Assisté par la Sodevam, l’Office national des forêts a transformé une passoire thermique du technopôle de Metz en un élégant bâtiment bardé de mélèze qui consomme 27 % d’énergie de moins que la norme RT 2012. L’Atelier A4 a conduit en seize mois ce chantier d’autant plus remarqué que le technopôle compte une quarantaine de bâtiments de même facture ayant grand besoin d’une réhabilitation thermique. A Fraize (Vosges), un projet de longue haleine a été consacré : la transformation d’une ancienne usine textile en pôle écoconstruction initiée par l’Etablissement public foncier de Lorraine, puis réalisée par les architectes d’Ascendense, AUP et Vitalis pour plusieurs maîtres d’ouvrage successifs. Le centre d’examen du permis de conduire de Dieue-sur-Meuse a valu à la direction départementale des territoires de la Meuse son premier prix LQE pour une construction neuve. Les architectes Frédéric Marion, Dominique Petit et Anne Thomas ont privilégié les circuits courts et les entreprises locales. Le bâtiment présente une ossature, un bardage et des menuiseries bois, des isolants en paille et en ouate de cellulose ainsi qu’une protection du sol contre les pollutions aux hydrocarbures.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X