Territoires

Lot-et-Garonne Les zadistes menacent le technopôle Agen-Garonne

Contesté par des zadistes présents sur une partie du site, l’aménagement du technopôle Agen-Garonne, sur la rive gauche de la Garonne à Agen (Lot-et-Garonne), connaît depuis le début du chantier, le 31 août, un phénomène de stop-and-go qui n’entame pas la détermination de l’Agglomération d’Agen.

Déclarée d’utilité publique, inscrite dans le schéma de cohérence territoriale (Scot) et le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), labellisée HQE, la zone d’activités est le projet phare du maître d’ouvrage qui veut développer une nouvelle offre de foncier dans le prolongement de l’Agropole, dédié à l’agroalimentaire, aujourd’hui parvenu à saturation.
Première tranche des travaux en 2016. L’aménagement va démarrer en janvier avec une première tranche de 46 hectares cessibles à partir de 2016 (coût : 10 millions d’euros HT). D’ici à vingt ans, la zone doit s’étendre sur 220 hectares, dont 146 ha cessibles. Eiffage Sud-Ouest Midi-Pyrénées, Saincry, Spie Sud-Ouest et Courserant sont les attributaires des quatre lots.
Pour l’heure, la collectivité maîtrise environ 130 hectares. En 2018, le technopôle bénéficiera d’un second échangeur sur l’A 62 (maîtrise d’ouvrage : ASF), en attendant un troisième franchissement de la Garonne et une gare TGV prévue dans le projet de ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X