Régions

Lot-et-Garonne Convention pour une utilisation raisonnée des granulats

Mots clés : Gestion des chantiers - Gestion des déchets - Produits et matériaux

Les professionnels du bâtiment et des travaux publics et l’Union nationale des industries de carrière et matériaux de construction s’engagent à une utilisation raisonnée de la ressource naturelle en granulats. La convention signée ce printemps à Agen avec le conseil général et la préfecture de Lot-et-Garonne témoigne de cette volonté.

Devant le risque de pénurie, les signataires s’engagent notamment à créer les conditions nécessaires au développement d’une filière de recyclage. Cela passe par la production et la réutilisation des déchets inertes du BTP mais aussi par l’utilisation de matériaux de substitution.

Lutte contre les décharges sauvages

Les acteurs de la filière promettent aussi de participer à la lutte contre les décharges sauvages, qui demeurent une pratique courante. La convention, qui porte sur la mise en œuvre du plan départemental de gestion des déchets du BTP signé en 2007, va faire l’objet d’une évaluation annuelle pour actualiser les objectifs.

A ce jour, le département du Lot-et-Garonne ne dispose que de deux centres de stockage pour une capacité globale de traitement de plus de 70 000 tonnes de déchets inertes et d’environ 7 000 tonnes de déchets industriels banals (DIB). Le département produit et consomme en moyenne 4 millions de tonnes par an de granulats, dont 3,3 millions de tonnes de matériaux alluvionnaires et 700 000 tonnes de matériaux calcaires. En 2005, l’Aquitaine en a produit 23 millions de tonnes. La situation est plus critique dans les zones intérieures de la région qui ne bénéficient pas de granulats marins.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X