Territoires

Lot Cahors veut tirer parti de son patrimoine ancien

Mots clés : Conservation du patrimoine

Près de cinq ans d’inventaire et d’analyse des plus de 1 600 parcelles et 2 100 bâtiments du secteur sauvegardé (30 ha) de Cahors (Lot) devraient aboutir à un nouveau règlement du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). Le feu vert est attendu le 2 juillet à la suite de la présentation pour approbation du projet de révision à la Commission nationale des secteurs sauvegardés. Outre le passage au crible de la qualité architecturale du bâti médiéval de la préfecture du Lot, l’équipe de maîtrise d’œuvre, composé des architectes Alexandre Melissinos et Gilles Séraphin associé au bureau d’études IDE Ingénierie, a réalisé une analyse acoustique et thermique. La Ville a décidé de valoriser ce travail. « L’enjeu est de préserver et transmettre le bâti, mais aussi de le valoriser tout en recherchant “la qualité d’habiter” », explique Laure Courget, directrice du patrimoine.

Tester des solutions en écorestauration.

De cette volonté de développer une expertise dans la réhabilitation énergétique du bâti ancien est né le projet de recherche Enerpat, labellisé par l’Association nationale de la recherche et de la technologie. A ce titre, la communauté d’agglomération du Grand Cahors bénéficie du dispositif Cifre (1) qui l’aide à financer le poste de Sophie Claude, jeune doctorante spécialiste des matériaux. Recrutée en début d’année, l’ingénieure va se servir de l’îlot Chico Mendès et de ses 15 logements comme support pédagogique de recherche et lieu d’expérimentation des solutions en écorestauration pendant trois ans. Elle s’appuiera aussi sur le laboratoire matériaux-durabilité des constructions de l’Insa Toulouse. « Nous sommes en phase de définition du protocole avant d’instrumenter un logement-test avant, pendant et après les travaux, précise Nicolas Moulène, chef de projet Enerpat au Grand Cahors. A terme, il s’agit de mettre en œuvre des solutions pour réhabiliter l’îlot dans sa totalité dans le cadre d’une future opération d’aménagement. » La Capeb du Lot est associée à ce projet qui a vocation à développer localement des compétences pour faire du territoire une référence.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Conventions industrielles de formation par la recherche.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X