Régions

LOIRET Le viaduc du Loing, dernière étape de l’A19

Mots clés : Entreprise du BTP - Réseau routier - Travail

Plus grand chantier autoroutier de France avec un tronçon en construction de 101 kilomètres, entre Orléans et Courtenay, l’A19 entre désormais dans la dernière ligne droite. L’été prochain, cette autoroute – construite par Vinci et qui sera exploitée par Cofiroute – permettra de relier directement l’ouest au sud parisien et à l’est de la France, avec une connexion à plusieurs autoroutes : A85, A10, A77 et A6. D’un coût de 700 millions d’euros, dont 80 millions apportés par l’Etat et les collectivités, cette voie traverse le Loiret sur toute sa longueur (45 communes concernées) et comportera cinq échangeurs sur cette portion.

L’achèvement du viaduc, long de plus de 1 000 mètres au-dessus de la vallée du Loing, marque la fin d’un programme de plus de cent ponts et passages supérieurs à construire. A lui seul ce viaduc représente un investissement de 32 millions d’euros et un chantier de quelques mois réalisé par cent six personnes pour le compte de Vinci Construction Grands Projets. « C’est l’ouvrage le plus important, explique Jean-Luc Fournier d’Arcour, la société qui construit l’A19, et une belle prouesse technique au-dessus d’un canal, d’une rivière et d’une voie ferrée. » L’ouvrage, installé sur quinze doubles piles et deux culées, a nécessité près de 10 000 m3 de béton et 6 000 tonnes d’acier et de charpente. Ce chantier a été confié au groupement Baudin Châteauneuf-Eiffel.

La chaussée est en voie d’achèvement

Dans le prolongement du viaduc, deux grandes sections couvertes pour le passage des animaux ont été réalisées avec plus de 10 000 m3 de béton.

La réalisation du nœud autoroutier A10/A19, à Courtenay, représente le dernier grand chantier de ce projet. La chaussée est désormais en voie d’achèvement avec une bonne partie de la couche de roulement réalisée, ce qui laisse libre champ aux aménagements de surface et aux plantations. « Nous sommes largement dans les temps insiste Jean-Luc Fournier, nous serons donc au rendez-vous de l’été 2009. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X