Régions

Loire-Atlantique L’entreprise Moreau-Vallet tire son épingle du jeu dans le tertiaire

Mots clés : Energie renouvelable - Equipements techniques et finitions - Gestion de l'entreprise - Produits et matériaux

Après deux années de belle croissance ( 15 % en 2007 et 34 % en 2008), Moreau-Vallet a clôturé son exercice au 30 avril 2009 par un « bilan quasiment identique au précédent », annonce Yves Moreau, fils du fondateur qui a repris en 1995 les rênes de l’entreprise de génie climatique basée à Vallet (Loire-Atlantique).

« Les perspectives pour l’année 2009 sont plus tendues », prévient le dirigeant. Il compte toutefois sur le marché de la réhabilitation dans le parc tertiaire pour tirer son épingle du jeu. De fait, Moreau-Vallet travaille essentiellement pour le tertiaire et l’industrie, qu’il s’agisse de chantiers privés (65 %) ou publics. Le génie climatique représente aujourd’hui 70 % du chiffre d’affaires (24 millions d’euros au 30 avril 2009 avec 110 salariés).

Technologies pointues

L’importante progression de l’activité depuis 2007 est le résultat de la structuration du management de l’entreprise avec notamment l’arrivée en 2005 de chez Vinci d’un directeur général, Yves Nioche, qui a pris 25 % du capital. « Cela nous a ouvert les portes de marchés de plus grande envergure atteignant 3 à 4 millions d’euros alors que nous ne dépassions pas le million d’euros auparavant », explique Yves Moreau. L’entreprise s’est également dotée d’un bureau d’études de cinq ingénieurs afin d’apporter une réponse globale à ses clients et de développer des technologies pointues notamment dans le domaine des énergies renouvelables telles que la géothermie et la ventilation double flux à très haute performance dans des opérations tertiaires de grande envergure.

Moreau-Vallet intervient actuellement sur les Nouvelles cliniques nantaises à Rezé, le siège social du Crédit agricole à Angers, et elle a à son actif la réalisation de divers sièges sociaux, d’un important chantier de climatisation à L’Assemblée nationale et plus récemment, du siège de l’éditeur Albin Michel à Paris.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X