Régions Bouches-du-Rhône

Logirem teste le dispositif Alis

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Contrat de projet Etat-région - Démarche environnementale - Logement social

13 M€ Financements de la Ville de Marseille pour les projets universitaires (52 M€ dans le précédent contrat de plan).

4 062 logements sociaux à produire, objectif fixé par l’Etat aux bailleurs sociaux des Bouches-du-Rhône pour 2016.

3 102 Nombre d’entreprises qualifiées RGE en Paca à fin août 2016 (+ 55 % en un an). Source : CERC Paca .

« Entre la signature de la promesse d’achat du terrain et la livraison du programme, il se sera écoulé moins de deux ans. C’est un record pour réaliser des logements sociaux », s’enthousiasme Eric Pinatel, le directeur général de Logirem. Sur les hauteurs des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), Logirem, en association avec Bouygues Bâtiment Sud-Est, s’apprête à boucler la première opération réalisée avec le groupement Alis (1), depuis la signature de l’accord-cadre portant sur 600 logements sociaux, à coût réduits et à délais courts, dans deux régions, Paca- Languedoc et Rhône-Alpes Auvergne. Le gros œuvre du programme « Reggio », petit collectif rectangulaire R + 3 de 18 logements, a été réalisé en seulement quatre mois. « La rapidité d’Alis repose sur un système constructif prédéfini, un socle de ressources mis en œuvre avec une maquette BIM et des innovations techniques, privilégiant la simplification des tâches », résume François Gallix, directeur Habitat Méditerranée de Bouygues Bâtiment Sud-Est.

Des prix garantis. Réalisé avec une trame unique de 6 m x 6 m, le chantier a notamment fait appel à la technique du « coffrage perdu ». Des panneaux en matière minérale et produits recyclés de 2,5 m x 1,2 m servent à réaliser, sans décoffrage, les dalles de chaque étage. Ils reçoivent en usine un calepinage qui prédessine l’emplacement futur des cloisons et permet de réserver le passage des gaines. Celles-ci, préfabriquées, sont posées ensuite pendant la réalisation du gros œuvre. Le carrelage est également réalisé avant la pose des cloisons pour générer des gains de temps. Le recours à la préfabrication pour le gros œuvre est limité aux balcons et à quelques prémurs.

« Reggio est une opération test portant sur 18 logements. Le partenariat sur quatre ans va nous permettre de développer d’autres solutions pour encore mieux maîtriser les délais et les coûts. Nous estimons ici les gains à 10 % par rapport à un chantier classique », ajoute François Gallix. Dans le cadre du dispositif Alis, le coût de construction pour les bailleurs doit atteindre 1 150 euros HT/m² hors VRD et, surtout, chaque projet a des tableaux de prix définitifs, garantis avant le lancement des travaux. Reste une question : les architectes risquent-ils de perdre leur âme dans ce type d’opération ? « Pas du tout, analyse Guillaume Beccaria, l’architecte d’opération de Reggio. Construire vite est une réponse au manque de logements sociaux dans la région. De plus, il y 75 options dans le  » catalogue  » d’Alis sur le traitement des façades, l’implantation des balcons, l’orientation des logements, la typologie du programme, etc. , qui évitent la standardisation. Le rapport au sol, le traitement des limites imposent aussi des réponses architecturales précises. » Logirem a prévu une autre opération Alis de 36 logements aux Pennes-Mirabeau, à l’emplacement de l’ancien bâtiment CPAM.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Alis réunit quatre bailleurs : Alliade Habitat , ICF Habitat Sud-Est Méditerranée, Logiremet SNI .
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X