Territoires Marseille

Logirem lance une opération de régénération urbaine complexe

Fortement impliqué dans les opérations Anru à Marseille, le bailleur social Logirem s’engage en parallèle dans une stratégie d’aménageur et de maître d’ouvrage d’opérations complexes, au cœur même du tissu urbain de centre-ville. Porte d’Aix, en partenariat avec Euroméditerranée et Marseille Rénovation urbaine, il a confié à François Kern, mandataire, associé à l’agence Faugue-Renaut et à Philippe Matonti Architecture et Patrimoine, la régénération d’un îlot des anciens faubourgs marseillais, l’îlot Bon Pasteur. Cette opération s’inscrit dans le prolongement du vaste chantier en cours de la porte d’Aix (voirie et espaces publics) et de sa dynamique de reconquête, dont elle pourra tirer profit.

« Il s’agit d’un projet complexe et minutieux de reconstruction de la ville sur la ville ; une opération chirurgicale où restauration patrimoniale et construction neuve se conjuguent sur un tissu dégradé », explique François Kern. Une centaine de logements sont prévus (57 neufs, 44 réhabilités), répartis en locatif social (79 appartements) et en accession sociale à la propriété (22 appartements), avec des commerces en rez-de-chaussée.

Réhabilitation lourde.

Cette reconquête va s’appuyer sur une restructuration lourde du bâti existant (curetage d’îlot), tout en mettant en valeur des éléments patrimoniaux. Par exemple, la façade historique de l’immeuble TTMA, conservée, derrière laquelle viennent se greffer des logements. Pour « tenir les angles urbains du projet », les deux têtes d’îlots, place Jules-Guesde et rue de la Joliette, adoptent, en revanche, une architecture contemporaine, signe de l’intervention sur ce tissu.

En cœur d’îlot, le végétal et la nature retrouvent leur place. Inscrits dans une architecture méditerranéenne, les espaces extérieurs (balcons, terrasses, loggias), prolongement des façades, deviennent également des lieux à vivre. « La présence de plusieurs architectes sur l’opération nous a conduits à adopter une stratégie de “ passes croisées , où chacun intervient en dialogue avec le projet voisin », précise François Kern.
Les études de cette opération sont en cours, et le démarrage des travaux est prévu à la mi-2016, pour une livraison à la fin 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X