Territoires

Limoges La cité universitaire du campus Lettres rénovée de fond en comble

En septembre, un chantier d’envergure débutera sur le campus de Lettres de Limoges : la rénovation de la cité universitaire, soit 14 % du parc géré par le Crous. Celle-ci viendra compléter la livraison d’un restaurant universitaire flambant neuf. Arrivé en 2013 aux commandes d’un parc de 1 500 logements étudiants, Thierry Averty, directeur du Crous, confesse avoir trouvé un patrimoine dans « un état inquiétant, pour ne pas dire insalubre ».

L’ensemble Camille-Guérin, créé dans les années 1970, n’avait jamais fait l’objet de gros travaux. Le terme du bail qui liait l’Etat au bailleur social a donné, en 2015, l’opportunité pour le Crous d’acheter le bien. Avec une population étudiante croissante, dont plus d’un millier d’étrangers, la ville joue sa notoriété sur sa qualité d’accueil : « L’équipement n’est pas à la hauteur des exigences actuelles de dignité », assume Thierry Averty. Insonorisation quasi inexistante, sanitaires mixtes, communs et vétustes, prolifération des nuisibles, confort thermique déplorable, la liste des désagréments endurés par les étudiants est longue. Confiée à GDV Architectes (La Rochelle), cette rénovation poussera les étudiants hors de leurs murs jusqu’en 2017. Le cloisonnement intérieur sera détruit et refait en matériaux insonorisants. En façade, un bardage permettra d’améliorer l’isolation thermique et d’insérer la cité dans son environnement.

14 millions d’euros investis.

« Chaque chambre sera dotée de sanitaires indépendants et d’une trappe de visite extérieure pour préserver l’intimité de l’occupant », se félicite Thierry Averty. Le mobilier sera entièrement revu et cinq studios supplémentaires créés sur une surface technique inexploitée, portant le nombre de logements à 358. Le tout sera complété d’un restaurant universitaire de gamme supérieure, capable d’assurer la fonction de cuisine centrale. Entre les 9 millions alloués par le Centre national des œuvres universitaires et scolaires à la rénovation de la cité, et les plus de 5 millions pour le restaurant, plus de 14 millions d’euros TTC seront investis sur ce site d’ici à 2017. Seul motif de plainte pour les étudiants : la révision naturelle des loyers qui devraient augmenter leur reste à charge d’environ 30 euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X