Autres

Levels3D, une pièce et un nuage de points

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

Le logiciel MyCaptR développé par cette jeune pousse permet de générer des maquettes 3D et des métrés ultraprécis.

Filmez une pièce d’habitation, transférez le nuage de points recueilli sur un ordinateur et obtenez son plan 2D ou sa modélisation 3D grâce à un logiciel de conception : le tour est joué !

Il a fallu deux ans de R & D à la jeune pousse Levels3D et à son partenaire, l’université de technologie de Troyes, pour mettre au point cette application qui fait appel à un puissant algorithme. Cette start-up, labellisée « jeune entreprise innovante », a été créée en 2012 par Yannick Folliard, dont le métier initial était de fabriquer des images en relief pour le cinéma. La jeune pousse s’attire rapidement les faveurs d’un certain nombre d’acteurs de « l’écosystème » de l’innovation, et finit par effectuer une première levée de fonds d’un montant de 325 000 euros en janvier 2015. En septembre de la même année, c’est SNCF Développement, filiale de soutien à l’entrepreneuriat de la firme, qui prend sous son aile l’entreprise prometteuse en l’intégrant à son programme « Jeunes pousses ».

Filmez une pièce, il en ressort un plan.

Le printemps 2016 est une étape importante pour Levels3D, puisque c’est le moment où l’application qu’elle édite, baptisée « MyCaptR », va sortir sur le marché. Son concept peut s’expliquer relativement facilement : elle fonctionne sur une tablette numérique équipée d’un capteur 3D collectant trente images par seconde. L’opérateur doit, pour ainsi dire, « balayer » l’espace en tenant sa tablette afin de scanner la pièce dans laquelle il se trouve. « MyCaptR est simple d’utilisation, argumente son concepteur, puisque l’on filme à la volée. C’est très intuitif. Il suffit de maintenir une certaine horizontalité grâce au niveau intégré. » Le plan en trois dimensions de l’endroit peut ensuite s’afficher directement sur la tablette. L’application est adaptée aux petites surfaces et au marché de la réhabilitation. Mais les tests ont montré qu’elle fonctionnait aussi en extérieur, pour scanner une façade par exemple. « La précision est de l’ordre d’un demi-centimètre, mais elle atteindra bientôt 3 mm grâce à une nouvelle génération de capteur. » Levels3D propose ainsi une alternative aux systèmes de mesurage postés, par définition moins agiles et plus onéreux. « Nous ne sommes pas concurrents, mais complémentaires, avance Yannick Folliard. On démocratise le scan. »

Gain de temps substantiel.

Dans sa première version, MyCaptR s’adresse aux architectes et aux bureaux d’études. La prochaine version se passera de logiciel intermédiaire pour la génération de plans en 2D, ce qui la rendra plus accessible aux artisans : peintres, maçons, etc. Avantage : « Tous les corps de métier disposeront du même métré. Il n’y aura plus ni erreurs de relevé, ni oublis. C’est un gain de temps appréciable et le principal avantage mis en avant par les professionnels qui ont travaillé avec nous sur la version bêta : les bureaux d’études Betom Ingénierie et SAT Manager, les architectes de l’Atelier Choiseul et Sogelink, le spécialiste de la dématérialisation des documents de chantiers. » Autre évolution envisagée par la société : l’introduction de la réalité augmentée dans MyCaptR : on pourra ainsi importer des objets afin de positionner virtuellement un meuble, changer la couleur des murs, etc. Une fonctionnalité susceptible d’intéresser les architectes d’intérieur, les designers, les cuisinistes et autres bailleurs sociaux.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

12 Nombre de salariés (dont 4 ingénieurs).
850 000 € Prochaine levée de fonds.
282 400 € Montant du capital.

ENCADRE

L’avis de notre expert

Prometteuse. « Il est évident que les technologies de drones et de scan 3D auront une grande influence sur le domaine du mesurage au sens large. La modélisation 3D devient une solution accessible financièrement, et à terme, on se passera de certains plans papier. Toutefois, je ne suis pas sûr que ces solutions de scan 3D disposent d’assez de puissance et de précision pour faire des plans cotés au centimètre près. Mais ça viendra probablement, car plus on aura de puissance de calcul embarquée, de résolution, plus ce genre de système gagnera en qualité. »

Alain Pape, président d’honneur de l’Union nationale des géomètres- experts.

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X