Enjeux CDG Express

Les voyageurs paieront plus tard

Le financement de la future liaison ferroviaire rapide entre Paris et l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (coût global de 1,69 Md€) sera assuré par un nouveau montage évitant une taxe sur les billets d’avion. Ce montage « prévoit un engagement du gestionnaire de l’infrastructure composé d’ADP, de SNCF Réseau et probablement de la Caisse des dépôts, portant sur un montant total de fonds propres de 400 M€ et sur 100 M€ d’avances remboursables sur lesquelles ADP s’est prononcé », a précisé Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports, à la « Tribune ». La taxe « passagers » sera maintenue, mais appliquée à compter de la mise en service, en 2024.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X