Enjeux CDG Express

Les voyageurs paieront plus tard

Le financement de la future liaison ferroviaire rapide entre Paris et l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (coût global de 1,69 Md€) sera assuré par un nouveau montage évitant une taxe sur les billets d’avion. Ce montage « prévoit un engagement du gestionnaire de l’infrastructure composé d’ADP, de SNCF Réseau et probablement de la Caisse des dépôts, portant sur un montant total de fonds propres de 400 M€ et sur 100 M€ d’avances remboursables sur lesquelles ADP s’est prononcé », a précisé Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports, à la « Tribune ». La taxe « passagers » sera maintenue, mais appliquée à compter de la mise en service, en 2024.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X