Territoires Haute-Savoie

Les Villages d’hospitalisation se refont une santé

Mots clés : Risque sanitaire

La fondation des Villages de santé et d’hospitalisation en altitude (VSHA), qui gère un parc de 256 lits et places principalement destinés à des personnes âgées ou des patients souffrant de certaines pathologies en Haute-Savoie, se réorganise grâce à un plan d’investissement de 20 millions d’euros. L’opération va lui permettre de se recentrer sur deux sites – Bonneville et Sallanches – où elle va rapatrier les activités déployées dans ses autres centres du Praz-Coutant et de Findrol.

A Bonneville, le centre de réadaptation fonctionnelle Martel de Janville (115 lits et places), construit en 2006, va être agrandi de 2 000 m² aux deux extrémités. Les extensions permettront d’accueillir 45 lits supplémentaires et un équipement de balnéothérapie. Une architecture béton est prévue, dans la continuité de l’existant, avec d’importantes surfaces vitrées et ouvertures. Des travaux de rénovation-transformation sont également prévus pour adapter certains espaces comme la restauration tandis que les services administratifs déménageront dans une maison rachetée à proximité immédiate. « Cette acquisition permettra aussi de reconstituer les places de stationnement perdues du fait de l’agrandissement », précise Philippe Ferrari, directeur de la fondation. Confié au cabinet Aria Projets (Sallanches) qui a construit le centre, le projet représente un investissement de 10,5 millions d’euros. Il devrait être lancé en mai 2017 pour une livraison douze mois plus tard.

Un bâtiment de 1 900 m² relié à l’hôpital.

A Sallanches, deux projets sont à l’étude sur le site des Hôpitaux du Pays du Mont-Blanc. « L’aboutissement d’un accord historique conclu entre un établissement public et une association », se réjouit Christian Monteil, président des VSHA. Un bâtiment de 1 900 m², hébergeant 35 lits de cancérologie et une unité de soins palliatifs, sera connecté à l’hôpital pour un accès direct aux urgences et au plateau technique. Deux options sont à l’étude : soit une construction traditionnelle, soit des bâtiments modulaires, un peu plus chers au départ mais permettant de réduire la phase de travaux et donc les nuisances pour l’établissement. Etudié avec l’aide du cabinet de programmation Mupy, le projet, dont le coût est estimé à 5,5 millions d’euros, devrait être livré en mai 2018.

Enfin, les VSHA attendent les autorisations administratives pour une extension de 1 600 m² du centre d’hébergement pour personnes âgées dépendantes du Val d’Arve, extension qui nécessitera un investissement de 4,5 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X