Grand Paris

Les transports britanniques inspirent le Grand Paris

Mots clés : Apprentissages - Transport collectif urbain

Le futur métro aura-t-il son centre de formation, comme le projet Crossrail, à Londres ? La réflexion est lancée.

«Cette année 2016 sera une année effervescente », a prévenu Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), maître d’ouvrage du Grand Paris Express, lors de ses vœux, fin janvier. A l’origine de cette « agitation », le lancement des premiers travaux de génie civil du nouveau métro, chantier hors normes qui ne devrait pas s’achever avant une quinzaine d’années, le temps de réaliser 175 km de lignes. Le coup d’envoi sera donné en avril sur la ligne 15 Sud (33 km entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs, 5,7 milliards d’euros d’investissement) avec la construction de la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart (Hauts-de-Seine). Un chantier anticipé, car il nécessite la mise en place d’une dalle en béton de plusieurs milliers de tonnes sous les voies ferrées du réseau Paris-Montparnasse, et donc une interruption du trafic ferroviaire, programmée en août 2017. En septembre devraient aussi débuter les travaux de l’arrière-gare de Noisy-Champs. Les tunneliers, au nombre de huit ou neuf, entreront en action en 2017. D’ici là, comme l’a indiqué Philippe Yvin, plusieurs étapes restent à franchir, comme l’obtention de 18 permis de construire (dont 16 pour les gares), ou encore la réalisation des diagnostics archéologiques…

Une académie du Grand Paris à l’étude.

Avec l’ouverture du chantier, les besoins en emplois vont progressivement monter en puissance. Selon l’étude pilotée par la Direccte (1), les fédérations régionales des travaux publics et des Scop BTP et Constructys, ils sont estimés à 16 900 sur la période 2015-2020. Afin que tous les postes soient pourvus, le président du directoire de la SGP propose la création d’un centre de formation, une « académie du Grand Paris », à l’image de ce que les Britanniques ont mis en place autour du projet Crossrail à Londres (équivalent du RER francilien) avec la « Tunneling and Underground Construction Academy » (Tuca).
« Il n’existe aucune filière de formation en génie civil et travaux souterrains en Ile-de-France », rappelle Olivier Garrigue, secrétaire général de la FRTP, qui a commencé à plancher sur ce projet. Cet institut serait dédié à la formation continue des salariés, soit pour les faire monter en compétence, soit pour les qualifier dans les métiers qui vont être amenés à se développer : constructeur d’ouvrages d’art béton, conducteur de tunnelier, poseur de voies… Il assurerait aussi la formation des demandeurs d’emplois et des publics en insertion. « Nous devons veiller à ce que cette structure s’inscrive bien en synergie avec les centres de formation existants, et ne soit pas surdimensionnée. Il faut, bien sûr, affiner les études », ajoute Olivier Garrigue. Dans quelques jours, une petite délégation se rendra à Londres pour rencontrer les responsables de la Tuca. On devrait y voir plus clair à la fin de l’année. Car Philippe Yvin veut aller vite.

Calendrier de réalisation du Grand Paris Express

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation et de l’emploi.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X