Régions Nancy

Les semelles connectées évaluent la pénibilité

Mots clés : Hygiène et sécurité du travail

La semelle connectée, conçue par la start-up Digitsole, à Nancy, en partenariat avec Bouygues Construction, ambitionne de mesurer la pénibilité de certaines tâches complexes effectuées par les ouvriers du BTP. Dotés de 25 capteurs de mesure de la pression, des mouvements, de l’inclinaison, etc. , les premiers prototypes ont été testés à la fin octobre par cinq compagnons de la major affectés au coffrage de murs sur un chantier parisien. « Le traitement des milliers de données gestuelles et posturales aboutira à une série de recommandations », détaille Karim Oumnia, le gérant de Digitsole (20 personnes, 2 millions d’euros de chiffre d’affaires).

Compléter les méthodes classiques. Les semelles permettraient d’évaluer certaines interventions difficiles à modéliser par les méthodes classiques : « Nous ne savons pas, par exemple, instrumenter une barre à mine, si bien que la pénibilité liée à son utilisation est estimée par vidéo », détaille Philippe Richard, directeur R & D Bouygues Bâtiment Ile-de-France.

A terme, les prototypes pourraient rejoindre la tenue de « l’opérateur connecté », un axe de recherche et développement de Bouygues Construction qui vise à collecter des informations sur la productivité, les efforts musculaires, l’environnement sonore… Cette collaboration s’inscrit dans une démarche d’ouverture à l’innovation initiée par le groupe début 2015 : « Cinquante expérimentations similaires sont en cours avec des start-up ou des PME innovantes, afin de juger de leur réelle valeur ajoutée », expose Marie-Luce Godinot, sa directrice innovation et développement durable.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X