Enjeux

Les promoteurs vont devoir cohabiter avec Quartus

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Le groupe, qui se positionne comme un ensemblier urbain, veut construire des logements à vivre en colocation.

Ne dites plus « colocation » mais « coliving » . Ce terme désigne des logements habités à plusieurs, par des jeunes, des familles monoparentales ou des seniors, et animés par un tiers pour « évacuer les tensions liées à la vie quotidienne » (voir graphique) . « Nous déposerons en juillet un permis de construire à Paris pour un immeuble de 20 logements en coliving , avec, en pied d’immeuble, des services dédiés comme une laverie, un dépôt à vélo, etc. », indique Franck Dondainas, P-DG de Quartus, dont la société a notamment coconçu les programmes 2 Element à Marseille (307 logements) et Ilink (186 habitations sur quatre îlots de l’île de Nantes). Pour rappel, cette entreprise est issue du regroupement, en novembre 2016, de quatre entités : ABCD, spécialiste de l’immobilier logistique ; Quantum Développement, chargé du montage d’opérations ; Ardissa, expert de l’immobilier résidentiel ; Holisaé, exploitant de résidences seniors. Parmi les 20 habitations qui ont vocation à être vendues à des investisseurs, le promoteur en prévoit de toute taille : du studio, dont la cuisine et le salon sont à partager avec les voisins de palier, à l’appartement composé de trois chambres de 15 à 17 m² – toutes dotées d’une salle de bain et de WC privatifs -, d’une cuisine ouverte « d’au moins 15 m² et d’un séjour de 20 à 35 m², précise le professionnel, qui ne communique pas sur le prix de vente. Une start-up gérera l’immeuble et sera chargée d’animer la communauté d’habitants ». Le coliving , Franck Dondainas y croit dur comme fer : « Des fonds nous approchent pour investir entre 100 et 300 millions d’euros sur ces projets. »

« Une start-up gérera l’immeuble et sera chargée d’animer la communuauté d’habitants. »

800 millions de CA en 2020. Le groupe se présente comme un ensemblier urbain grâce à sa capacité à proposer une mixité d’usage opérationnelle. Il est déjà présent à Marseille, Lyon, Clermont-Ferrand, Avignon, Nantes et d’ici la fin de l’année à Bordeaux. Quartus travaille sur le développement de projets à Nancy (50 000 m² avec Adim et Icade) et à Metz. D’ici à 2020, le P-DG table sur un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros et la construction annuelle de 2 500 à 3 000 logements. Il sélectionne les architectes « selon leur sensibilité urbaine » et choisit ses prestataires « en fonction de la technicité et de la reconnaissance professionnelle ». « Je suis capable de payer des lots bien plus cher que l’offre du mieux-disant », souligne Franck Dondainas. A bon entendeur…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

300 millions d'euros

300 millions d’euros de CA 2016

1 200 logements en cours de réalisation

210 salariés Contact : Sandrine Lespérat, directrice des relations institutionnelles : 01 42 89 99 76 ; s.lesperat@groupe-quartus.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X