Territoires Marseille

Les promoteurs se regroupent pour doper les ventes

Au sein d’Euroméditerranée et du quartier d’Arenc, le parc habité est une des dernières grandes opérations de la phase 1 de l’opération d’intérêt national mais aussi la première à assurer la reconversion urbaine vers le nord, le territoire d’expansion d’Euroméditerranée sur 170 ha, dans le cadre de sa phase 2. Imaginé par l’urbaniste Yves Lion au sein de la ZAC de la Cité de la Méditerranée, le parc habité d’Arenc se veut un symbole du processus de reconstruction de la ville sur la ville : à la place de friches industrialo-portuaires doit émerger un quartier d’habitat et de vie conjuguant mixité, diversité fonctionnelle (bureaux, commerces et équipements publics accompagnent les programmes d’habitat), densité et qualité de l’environnement urbain au travers de l’aménagement paysager de cœurs d’îlot et de nouveaux espaces publics… A terme, sur une quarantaine d’hectares, le parc habité doit accueillir 2 500 logements.

1 500 logements à construire.

Environ un millier de logements sont déjà sortis de terre mais l’enjeu pour les promoteurs et l’établissement public est de réussir à attirer de nouveaux habitants dans ce secteur de la ville en mutation qui souffre encore, tant que le processus de transformation n’est pas achevé, d’un déficit d’image. D’où l’initiative de l’établissement public Euroméditerranée d’accompagner les promoteurs avec la création d’un espace de commercialisation commun et la mise au point d’une communication dédiée, au travers d’une charte graphique, « Habiter Arenc ». Un coup de pouce à la marche en avant des programmes écoulés de 2 350 euros/m² à 3 500-4 000 euros/m² avec un effort des promoteurs sur la conception innovante des logements. Le village de vente, à l’angle du boulevard de Paris et de la rue Mirès, accueille pour l’heure quatre promoteurs mais à terme huit seront présents pour permettre aux acquéreurs potentiels d’embrasser d’un seul coup d’œil l’offre proposée dans le parc habité. « La fin du parc habité représente 1 500 logements à construire sous deux-trois ans. C’est une opération importante pour Euroméditerranée et Marseille qui doit produire 2 500 logements par an pour ne pas perdre d’habitants », confirme Laure-Agnès Caradec, la présidente d’Euroméditerranée. Parmi les opérations mises en avant, « M-IM » de Nexity et Yves Lion, dont une 1re tranche de 167 logements (pour la plupart en duplex) est en chantier, « My Liberty » de BNP Paribas Immobilier, 117 logements évolutifs signés Mathoulin & Jardin (démarrage en fin d’année), « Meridian Square » de Sogima (82 logements signés Jean-Michel Battesti qui vont être livrés en fin d’année), « 2e élément », un programme de 174 logements porté par Ardissa et Pitch Promotion (architectes : Estudio Herreros, Yvann Pluskwa, Base Paysagiste) qui va démarrer début 2017. Progereal doit poursuivre ce programme avec 159 logements.

Les autres projets annoncés sont ceux de LC2i sur l’îlot 4A Nord-Est (40 logements signés de Map), « Eko Life » de Vinci Immobilier (120 logements de Brénac et Gonzalès) dont la commercialisation va être lancée en fin d’année et qui marqueront le paysage par le jeu de balcons taillés dans les façades.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X