Régions

Les promesses de l’éolien flottant

Mots clés : Energie renouvelable

Sur les quatre parcs pilotes retenus par le gouvernement pour tester l’éolien flottant en mer, deux verront le jour en Occitanie, jetant les bases d’une nouvelle filière industrielle. Le projet EolMed, piloté par l’héraultais Quadran (1), s’ancrera à 15 km au large de Gruissan. Le projet EFGL, porté par Engie (2), prendra place à 16 km de Leucate (Aude) et Le Barcarès (Pyrénées- Orientales). Ces installations, comprenant chacune quatre éoliennes de 6 MW, coûteront au total 400 M€, soit 40 % de l’enveloppe mobilisée par le plan Littoral 21. A quoi s’ajoutent 40 M€ engagés par la région pour construire un quai dédié à Port-la-Nouvelle.

Lancement en 2021. Le port audois servira en effet de base logistique aux deux opérateurs. « La spécificité de l’éolien flottant par rapport à l’éolien offshore classique, c’est que les opérations de montage sont déplacées de la mer vers la terre », explique Jean-Mathieu Kolb, chargé du projet EFGL. Les éoliennes seront donc assemblées et dressées sur leurs flotteurs à Port-la-Nouvelle, puis remorquées au large. Le projet Engie utilisera des flotteurs en acier. Celui de Quadran mettra en œuvre des structures en béton, fabriquées sur place. Les deux parcs devraient entrer en service en 2021. Ils serviront de démonstrateurs, avant la création éventuelle d’un parc industriel de 500 MW.

( 1 ) Avec Ideol, Senvion et Bouygues Travaux publics.

( 2 ) Avec EDPR, CDC, Eiffage, Principle Power et General Electric.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X