Régions Pyrénées-Atlantiques

Les prix trop bas dans le viseur de la FFB

« Au niveau économique, notre situation, particulièrement dans le gros œuvre, est proche de ce que les agriculteurs peuvent connaître. On perd de l’argent en travaillant, même s’il y a plus de volume d’affaires en ce moment. » C’est le constat que fait Emmanuel Caro, réélu président de la FFB des Pyrénées-Atlantiques début avril. La lutte contre les prix bas est l’un des axes forts de son nouveau mandat, dont le plan d’actions a été dévoilé début juin. « Les systèmes pour éradiquer le moins-disant n’ont jamais marché, nous voulons que les offres soient jugées principalement sur la démarche RSE et non pas sur le prix », ajoute le président.

Agir en amont contre le détachement illégal. La formation, les efforts de l’entreprise en termes d’hygiène et de sécurité, l’empreinte carbone, la stabilité de l’emploi des salariés sont autant de critères proposés par la FFB 64 qui pourraient minorer l’impact des offres anormalement basses. Une situation liée, selon la fédération, au recours massif au détachement illégal. « Les mesures répressives déjà prises dans les lois Savary et Macron, et la carte BTP n’ont pas suffi, il faut agir en amont », insiste Emmanuel Caro. Une convention devrait être signée avec les maîtres d’ouvrage publics d’ici à 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X