Enjeux

Les prisons libèrent des milliards de travaux

Mots clés : Établissements pénitentiaires et judiciaires - Gestion et opérations immobilières

L’Agence publique pour l’immobilier de la justice pilote près de 90 projets en phase d’étude ou opérationnelle.

Qui a mené 31 chantiers ces trois dernières années, représentant 1,7 milliard d’euros d’investissement ? L’Agence publique pour l’immobilier de la justice (Apij), qui assure la maîtrise d’ouvrage des projets arbitrés par le ministère de la Justice en matière d’immobilier judiciaire et pénitentiaire. « Nous sommes en charge de la recherche foncière jusqu’à livraison, en passant par l’acquisition, la programmation, le montage contractuel, etc. », rappelle Marie-Luce Bousseton, directrice générale de l’Apij.

Actuellement, l’entité pilote 25 opérations pénitentiaires représentant 1,4 milliard d’euros d’investissement. Quinze projets en phase opérationnelle donneront lieu à 5 900 places nouvelles ou rénovées d’ici à la fin 2022. Et 10 autres sont en phase d’étude préalable, afin de créer 2 100 places supplémentaires à la fin 2023. A cette forte activité, il faut ajouter le plan d’encellulement individuel, qui consiste en la construction de plus de 17 000 places (4 milliards d’euros d’investissement). Lancé à l’automne dernier, il prévoit la création de 33 maisons d’arrêt et de 28 quartiers de préparation à la sortie (1). « Nous expertisons les premières propositions de sites venant des préfets », indique Marie-Luce Bousseton (voir carte ci-contre) .

Appels d’offres en conception-réalisation. Chaque opération de construction ou de réhabilitation fait l’objet d’un appel d’offres en conception-réalisation. « Nous optons pour le dialogue compétitif pour obtenir des réponses de meilleure qualité », souligne Marie-Luce Bousseton. En retour, les entreprises sont priées de laisser de côté les propositions stéréotypées. « Nous notons des réponses plus qualitatives sur l’aménagement des espaces, la gestion des flux, l’intégration de la notion de sûreté passive dans l’architecture, etc. », avance la directrice générale.

En parallèle, 16 opérations concernent le patrimoine judiciaire : 13 sont en phase opérationnelle (330 millions d’euros d’investissement) et 3 en phase d’étude préalable. « Depuis 2015, nous renforçons la sécurité des palais de justice et l’amélioration de l’accueil du public », dévoile Marie-Luce Bousseton. Dans la même veine, elle souhaite transformer les espaces tertiaires afin que « les audiences ne se tiennent plus dans les bureaux des magistrats mais dans des salles adaptées ». L’immobilier est aussi vecteur d’apaisement.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

8 000 places de prison

8 000 places de prison nouvelles ou rénovées d’ici à 2023.

5,4 Mds € d’investissement pour les bâtiments pénitentiaires.

330 M€ d’investissement pour l’immobilier judiciaire.

(1) Ces quartiers sont destinés aux personnes condamnées à de courtes peines ou en fin de peine. Ils permettent un accompagnement renforcé à la préparation de la sortie et favorisent l’accès aux droits sociaux et à la préparation d’un projet d’insertion.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X