Dossier Maintenance

Les points clés d’un entretien trop souvent délaissé

Les équipements de ventilation résistent bien au temps. À condition de les entretenir correctement, ce qui n’est pas toujours le cas. En cause ? Leurs atouts mêmes : durables et discrets, et parfois peu accessibles, ils se font aisément oublier.

La ventilation constitue le parent pauvre des lots techniques du bâtiment. Bien qu’obligatoire depuis les arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 dans tous les logements postérieurs à 1982, il n’existe cependant aucune contrainte d’entretien de la ventilation dans le résidentiel (individuel comme collectif), hormis le cas particulier de la VMC gaz, qui évacue par le même réseau l’air vicié du logement et les produits de combustion d’une chaudière ou d’un chauffe-eau gaz.

En maison individuelle, l’entretien est généralement réalisé par l’occupant : nettoyage des bouches d’extraction et des entrées d’air ; changement des éventuelles piles (bouches « présence » dans les WC) ; nettoyage ou remplacement des filtres d’une VMC double flux… Les fabricants ont beau faciliter le démontage et l’entretien de leurs équipements (Aldes, par exemple, permet d’ouvrir très simplement le groupe de ventilation pour nettoyer la « cage d’écureuil », voire dépoussiérer celle-ci à l’aide d’une bombe d’air sec sans arrêter la ventilation), dans les faits, rares sont les occupants qui pensent à entretenir leur ventilation. La raison est double : d’une part, comme tous les équipements que l’on ne voit pas ou peu (gaines et caissons intégrés), elles ont tendance à se faire oublier ; d’autre part, un éventuel dysfonctionnement peut passer un temps inaperçu. Tout du moins jusqu’à l’apparition de symptômes d’une mauvaise aération du logement, tels que moisissures et dégradations du bâti.

Prestataires pour collectif

Dans le collectif (HLM notamment), la situation est un peu différente. L’entretien est assuré par un professionnel. C’est le cas, par exemple, du parc de logements sociaux géré par Immobilière 3F, où entretien et maintenance sont délégués contractuellement à des prestataires comme Cofely...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 351 du 17/05/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X