Enjeux Logement

Les notaires ne craignent pas un effet « élection » sur les ventes

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Métier de l'immobilier

« Pas de panique. » C’est en substance, le message que les Notaires de France ont fait passer lors de leur conférence de fin d’année en réaction à l’étude du Crédit foncier sur l’impact de l’élection présidentielle sur le marché immobilier. Selon l’établissement de crédit, les transactions accusent un recul moyen de 3,8 % ces années-là. Pire, en 2012, le nombre de ventes dans l’ancien a plongé de 11,6 % ! « L’année 2012 a été mauvaise en raison du passage de l’impôt sur la plus-value de quinze à trente ans », se souvient Thierry Delesalle, notaire à Paris.

Plaidoirie pour une baisse de la fiscalité. Selon le professionnel, 2017 pourrait, au contraire, être une bonne année en cas d’adoption de mesures fiscales majeures. Ramener l’impôt sur les plus-values (impôt et prélèvements sociaux) à quinze ans pourrait déclencher la vente de logements vides dans un premier temps, avant celle de logements occupés. « Et pour faire revenir les investisseurs, il faut baisser la fiscalité sur les revenus fonciers, créer un dispositif d’investissement avec amortissement de type Périssol et un véritable statut du bailleur. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X