Territoires Lorraine/Champagne-Ardenne

Les lycées cumulent les chantiers

Mots clés : Education - ERP sans hébergement

Dans le Grand Est, les contraintes financières ne remettent pas en cause l’une des missions clés de la maîtrise d’ouvrage régionale : les lycées. L’effort bénéficie tout particulièrement à la Lorraine et à la Champagne-Ardenne. Le nouveau conseil régional confirme et amplifie les projets initiés par les deux précédents exécutifs. Les autorisations de programmes qu’il a votées lancent de nouveaux travaux ou des tranches supplémentaires pour la restructuration d’une quinzaine d’établissements, soit un cumul de l’ordre de 100 millions d’euros.

En Lorraine, cinq chantiers, au coût d’opération unitaire compris entre 2,8 et 5,7 millions d’euros, seront ainsi engagés entre le début 2017 et le début 2018 à Gérardmer (lycée hôtelier Chardin), Thionville (Charlemagne et campus La Briquerie), Contrexéville et Sarreguemines. Suivront trois autres opérations qui vont d’abord requérir un concours de maîtrise d’œuvre cet automne : la demi-pension du Jacques-Calot à Vandœuvre-lès-Nancy (3,2 millions d’euros), le pôle agroalimentaire du lycée de Vilmorin à Bar-le-Duc (6,7 millions) et la réhabilitation-extension du lycée Maryse-Bastié à Hayange (8,7 millions).

Quatre longs dossiers à Reims et Chaumont.

Un dossier de rénovation de 24 millions d’euros se dessine avec le lycée professionnel Dominique-Labroise de Sarrebourg. La région a voté, début juillet, les études de diagnostic et de programmation. Le sujet lorrain le plus budgétivore du moment se situe à Longwy, avec la refonte du lycée Alfred-Mézières : première tranche de 31,1 millions d’euros achevée en 2019 et seconde de 24 millions en appels d’offres travaux courant 2018.
En Champagne-Ardenne, quatre grosses opérations de 32,4 à 50,8 millions d’euros se poursuivent pour une livraison en 2017 à Revin (Jean-Moulin) et Chaumont (Bouchardon) puis en 2020 à Reims (Jean-Jaurès) et Chaumont à nouveau (Eugène-Decomble). Les nouveaux chantiers concernent l’extension du lycée Armand-Malaise à Charleville-Mézières (21,7 millions d’euros, en démarrage) et les ateliers du lycée viticole d’Avize. Suivront, fin 2017 pour 5 millions d’euros chacune, les restructurations du lycée Diderot à Romilly-sur-Seine et du lycée horticole de Fayl-Billot avec son école de vannerie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X