Régions Région

Les logements sociaux remontent la pente

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

La production locative sociale bat des records en Ile-de-France. En 2016, 35 977 logements sociaux (1) ont été agréés, en hausse de 20 % par rapport à 2015 et 37 000 pourraient l’être cette année. « Il y a dix ans, on enregistrait moins de 15 000 agréments par an », rappelle Christophe Rabault, directeur général de l’Aorif-Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France. La production se caractérise par la montée en charge des PLAI (11 368 PLAI, + 52 % par rapport à 2015) en phase avec la vocation de plus en plus sociale du parc HLM. Autre particularité : le poids de la vente en l’état futur d’achèvement (Vefa) qui représente 53 % de la production neuve (2).

Financements. Cette dynamique va-t-elle se poursuivre ?Alors que le nombre de demandeurs de logements sociaux ne cesse de progresser pour atteindre 682 000 fin 2016, « pour construire plus, nous avons besoin de visibilité et de stabilité. Et la stabilité passe par les financements », répond Jean-Luc Vidon, président de l’Aorif. Dans l’attente du projet de loi de finances pour 2018 qui donnera des indications sur le montant des aides de l’Etat et la reconduction ou non de l’abattement de la taxe foncière sur les propriétés bâties, les responsables de l’Aorif s’interrogent sur les capacités de financement des collectivités locales. « Nous observons qu’elles rencontrent des difficultés », souligne Jean-Luc Vidon.

Autre sujet de préoccupation : la suspension par la région de ses aides au logement social sur le territoire de la métropole du Grand Paris (MGP) au motif que celle-ci devenait compétente en matière d’habitat au 1er janvier 2017. En fait, la MGP ne pourra verser de subventions qu’une fois le plan métropolitain de l’habitat et de l’hébergement adopté, c’est-à-dire pas avant le 1er janvier 2019. Les premiers effets de cette décision n’ont pas tardé. « Parmi les dossiers déposés auprès de la région fin 2016, un peu plus de la moitié a donné lieu au démarrage des opérations, l’autre moitié est retardée », indique Christophe Rabault. Quant aux programmes futurs, « certains pourraient ne pas voir le jour », redoute Jean-Luc Vidon. Une rencontre devait se tenir le 25 juillet avec Geoffroy Didier, vice-président du conseil régional chargé du logement, pour « essayer de trouver des solutions ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Hors Anru, hors AFL et hors Icade. (2) 28386 logements neufs et 7591 en acquisition-amélioration.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X