Territoires Bordeaux Métropole

Les investissements sont maintenus

La Ville de Bordeaux a voté son budget primitif 2016, le 14 décembre. Pour la métropole, il faudra attendre février prochain mais les grandes orientations sont déjà définies. Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, a rappelé que 2016 verra un transfert de compétences de la Ville à la communauté urbaine, et une mutualisation de certains services jusqu’alors communaux. Ces transferts de compétences s’accompagnent d’importants mouvements budgétaires : 60 millions versés par la Ville, qui en percevait 20.

En 2016, le budget primitif doit s’équilibrer avec une nouvelle baisse de 9 millions d’euros de la dotation globale de fonctionnement (DGF). Il s’élève à 457,58 millions d’euros, dont 341,40 millions de fonctionnement et 116,18 millions d’investissements. « La fin du financement de la Cité du vin contribue à renouer avec un rythme annuel d’investissements de l’ordre de 80 millions », précise Alain Juppé. Un volume conforme à celui des dernières années, avec un pic en 2014 et 2015 pour la Cité municipale et la Cité du vin. Sont notamment prévus 14,64 millions pour les écoles et crèches (Barbey, Bassins à flot, Benauge, Niel), 15,98 millions pour les équipements culturels et le patrimoine (la médiathèque de Caudéran, la rénovation du muséum d’histoire naturelle) ; 5,89 millions pour les équipements sportifs (le gymnase Ginko, la restructuration de la piscine Galin) et 9,29 millions pour les espaces et l’éclairage publics.

Croissance des charges métropolitaines.

Côté métropole, le contexte, identique, est amplifié par une baisse historique des dotations de l’Etat (- 11 % cette année) et la croissance des charges. Le montant cumulé des dépenses de fonctionnement, liées au transfert de dix nouvelles compétences (six avaient été transférées en 2015) et à la mutualisation des services, est évalué à 46 millions d’euros en 2016. Les recettes de fonctionnement devraient s’élever à 745 millions, dont 394,8 millions (+ 0,2 %) pour les recettes fiscales et 158,4 millions pour la dotation globale de fonctionnement (- 19,17 millions par rapport à 2015). Globalement, entre fiscalité et dotations de l’Etat, la baisse de recettes est d’environ 20,6 millions pour la troisième année consécutive. Les dépenses de fonctionnement sont d’autant plus encadrées : 477 millions, à périmètre comparable avec 2015 (- 3,4 %), 523 millions sur le périmètre augmenté des nouvelles compétences. Précisément, 1 938 nouveaux agents seront intégrés, portant, au 1er janvier 2016, l’effectif total à 4 768 agents métropolitains.
Les investissements se poursuivront néanmoins à un rythme de 557 millions en 2016, dans la continuité d’un plan d’investissement pluriannuel 2016-2021 autour de 3 milliards d’euros. Parmi les principaux projets, l’achèvement de la phase 3 du tramway (ligne D, tram-train du Médoc), le bus à haut niveau de service, dans les prolongements du tram et de la desserte de l’aéroport de Mérignac. Enfin, la dotation de solidarité métropolitaine versée aux communes s’élèvera à 33,17 millions.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X