Actu DISTRIBUTION SANITAIRE-CHAUFFAGE

Les grossistes doivent repenser leur business model

Mots clés : Chauffage - froid - Concurrence - Distribution

Les négociants en sanitaire-chauffage semblent avoir réussi leur stratégie de différenciation face aux GSB, mais la concurrence des véadistes se fait sentir. Une menace pour des organisations coûteuses et axées sur l’expertise technique.

Depuis la crise de 2008, le circuit grossiste a prouvé ses capacités de résilience. Dans le sanitaire, suivant une étude de l’Association française des industries de la salle de bains (Afisb) publiée en 2014, sa part de marché aurait progressé face aux grandes surfaces de bricolage, alors que le rayon sanitaire-plomberie s’était plutôt renforcé ces dernières années chez ces dernières.

Depuis 2008, la physionomie du réseau a aussi changé. Face à la concentration industrielle dans le chauffage comme dans le sanitaire (tel le mariage Geberit-Allia), la concentration des achats, par la coopération ou la concentration financière, s’est accrue : alliance des indépendants sous la bannière Algorel (2009) ; rachat de Brossette par Saint-Gobain (2012) ; reprise annoncée de Comafranc (Espace Aubade) par la société allemande GC-Grüppe (2014). À un échelon plus régional, des fusions-acquisitions s’opèrent aussi, depuis l’intégration de Mafart par Accueil Négoce en 2011 à la fusion de Catry et Bayart (devenant CatryBayart) dans le Nord début 2015. Du côté des enseignes multirégionales non groupées, MB Expansion (Tereva) a repris le Comptoir charentais du chauffage (CCC) fin 2014. Mais on retiendra la création de la centrale de référencement Agilo, marquant la recherche de synergie...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 405 du 17/04/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X