Grand Paris

Les gares de la ligne 16 du nouveau métro dévoilées

Mots clés : Gares, aéroports - Politique des transports - Transport collectif urbain

L’exposition « Les Passagers du Grand Paris Express » présente les visuels des gares du tronçon St-Denis Pleyel/Noisy-Champs.

Du 11 mars au 22 mai, l’espace Landowski à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) accueille l’exposition « Les Passagers du Grand Paris Express », déjà présentée en juin dernier au MAC-VAL. L’occasion pour le public de se promener dans la maquette virtuelle du Grand Paris et de découvrir les premiers visuels des neuf gares de la ligne 16 du nouveau métro qui, à l’horizon 2023, reliera Saint-Denis Pleyel à Noisy-Champs (cette dernière station étant rattachée à la ligne 15 Sud, avec laquelle elle sera en correspondance). A l’automne 2014, la Société du Grand Paris, maître d’ouvrage, a attribué les marchés de maîtrise d’œuvre (infrastructure des ouvrages de génie civil et maîtrise d’œuvre architecturale de six gares) au groupement formé par Egis Rail (mandataire), Tractebel Engineering et cinq agences d’architectes. La conception architecturale des trois gares « emblématiques » : Saint-Denis Pleyel, Le Bourget et Clichy-Montfermeil a fait l’objet d’un concours. Les équipes ont encore deux ans pour peaufiner leurs projets, avant le début des travaux de génie civil.

1. Saint-Denis Pleyel.

Elle sera l’une des plus importantes du réseau : quatre lignes s’y croiseront (14, 15, 16 et 17) et 250 000 voyageurs l’emprunteront chaque jour. Bâtie sur une emprise de 9 000 m2, développant une superficie de 30 000 m2, elle s’organisera autour d’un atrium. La lumière, au cœur du projet, pénétrera jusqu’au quatrième sous-sol. Elle se caractérise par l’utilisation récurrente du bois et son caractère multifonctionnel. On y trouvera un espace de coworking, une médiathèque numérique, des commerces…

Architecte : Kengo Kuma.

2. Le Bourget RER.

Son architecture répond au contexte, à l’identité de la ville, fortement liée à l’aviation. L’entrecroisement des toitures inclinées évoque la notion d’envol. Grâce au bois et à la forte présence de la nature, elle est un lieu à vivre, convivial et sensoriel. Un principe de grande cour anglaise apporte de la lumière naturelle jusqu’aux quais souterrains. Un large parvis, en pente très douce, forme un nouvel espace urbain.

Architecte : Elizabeth de Portzamparc (AECDP).

3. Clichy-Montfermeil.

Implantée au pied de la tour Utrillo, future « villa Médicis », elle mettra le point final à l’opération de rénovation urbaine du plateau de Clichy-Montfermeil en apportant, en surface, un espace public de qualité. A l’intérieur, les concepteurs ont axé leur travail sur la mise en scène de la mobilité et le jeu entre lumière et panneaux tissés. L’espace central de 25 m de diamètre et 16 m de hauteur sera éclairé naturellement grâce à une grande verrière.

Architectes : Miralles Tagliabue, mandataire ; Bordas + Peiro, architecte associé.

4. Le Blanc-Mesnil.

Située en lisière du parc Jacques-Duclos, véritable poumon vert de la ville, elle réinterprète à sa façon le vocabulaire architectural des parcs et jardins et fait écho aux serres, kiosques et orangeries qui les agrémentent.

Architecte : agence Berranger & Vincent.

5. Aulnay-sous-Bois.

Une façade-rideau en verre sérigraphié englobe l’ensemble du socle et intègre les accès des futurs logements posés sur le toit de la gare. Cette « jupe » donne un rythme fort à l’îlot par son découpage régulier et répétitif.

Architecte : agence Beckmann-N’Thépé.

6. Sevran-Livry.

Entre la gare SNCF et le canal de l’Ourcq, elle offre une parenthèse sereine au milieu de la ville. Du plus profond du métro, on pourra voir les arbres qui l’entourent.

Architecte : Jean-Marie Duthilleul.

7. Sevran-Beaudottes.

Installé au milieu de la gare, l’espace de la descente des voyageurs vers les quais et de la lumière du soleil est entièrement revêtu de bois.

Architecte : Jean-Marie Duthilleul.

8. Chelles.

Adossé à la gare du RER E, le bâtiment voyageurs s’ouvre sur un large parvis bordé de commerces et de services. L’ensemble est fédéré par une vaste toiture qui unifie les différentes composantes et donne son identité à la gare.

Architecte : Pierre Schall.

9. La Courneuve-Six Routes.

Sa façade est habillée d’une peau en métal perforé. A l’intérieur, les parois sont revêtues d’un parement en brique rappelant le passé industriel de La Courneuve. Libéré de tout élément porteur, le hall central est baigné de lumière naturelle grâce sa construction en voûte.

Architecte : agence Chartier-Dalix.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X