Architecture et urbanisme Reconversion

Les friches industrielles, un filon à exploiter

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Sur les ruines de l’industrie disparue, le temps de la reconstruction est-il venu ? Que ce soit à Lavaveix-les-Mines (Creuse) ou à Uckange (Moselle), la valeur patrimoniale des vestiges de l’exploitation du charbon ou de la sidérurgie est acquise, mais une nouvelle étape est engagée. Sur ces deux sites, les projets de reconversion visent plus que le maintien de lieux de la mémoire ouvrière. Les collectivités y voient un potentiel de redéveloppement, où toutes les composantes urbaines seraient présentes : l’exploitation culturelle et touristique, donc, mais aussi le logement et l’installation de nouvelles activités économiques.
La capacité de tels territoires à se transformer est un des sujets de la loi pour l’Accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), adoptée en février. Pour lutter contre l’étalement urbain, le texte veut encourager leur redéploiement, notamment pour un usage résidentiel. Il entend aussi garantir une information fiable sur la pollution de ces sols et en permettre un recyclage maîtrisé. La France compterait plus de 300 000 sites potentiellement pollués. Quant aux friches industrielles mutables, leur recensement est en cours à l’Ademe. Une étude qui sera rendue en septembre prochain.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Uckange - Le haut-fourneau en héritage, pollution comprise

A Uckange, en Moselle, plus aucune coulée de fonte n’a eu lieu depuis 1991 et des six hauts-fourneaux qui tournaient autrefois à plein régime, seul le « U4 » est resté. Ce titan métallique et ses annexes ont été érigés au rang de patrimoine, inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2001. Mais être un vestige de la métallurgie ne peut suffire à assurer un avenir à cette friche de 12 ha en bord de Moselle.

En adoptant récemment les orientations du projet Evol’U4, la communauté d’agglomération du Val-de-Fensch (CAVF), propriétaire du site depuis 2005, mise sur une reconquête fructueuse du site, y compris sur le plan économique. Pour l’heure, le haut-fourneau U4 fait l’objet d’actions culturelles : un circuit de visite est ouvert plusieurs mois par an et l’installation lumineuse Tous les soleils de l’artiste Claude Lévêque l’a transformé, en 2007, en œuvre incandescente. « Nous ne pouvons cependant pas vitrifier le site dans un rôle purement patrimonial. Ce serait notamment une extravagance financière », note Cendrine Jechoux, chef du projet Evol’U4 pour la CAVF. Avec le soutien de l’Etablissement public foncier de Lorraine, un chantier d’aménagement à vocation plurielle doit être engagé dès 2015, sur la base de l’étude menée par l’agence HDZ. « Il fallait éviter l’amnésie, remarque l’architecte et urbaniste Baptiste Hernandez, et faire en sorte que ce projet témoigne plutôt de la capacité de cette friche à se transformer. »

Un laboratoire à ciel ouvert

A l’horizon 2020, le haut-fourneau conservera son statut de monument, tandis que les compresseurs accueilleront un Pôle national des arts du cirque . Un restaurant et un hôtel renforceront l’attrait touristique du territoire. Mais son extrémité nord, au voisinage direct de la future plate-forme logistique Europort, sera dédiée aux activités économiques, installées dans des surfaces neuves ou dans les anciens Magasins généraux. Hors du périmètre, pour faire la transition avec le centre d’Uckange, des logements pourraient être construits. Surtout, le site accueillera un grand parc d’environ 7 ha, dans la continuité du jardin des Traces, livré en 2007 par l’agence BASE. Le maître d’œuvre de ce futur paysage devrait être connu en avril, mais HDZ a déjà fixé certains principes. Ainsi les cheminements et autres secteurs dédiés au public seront obligatoirement dépollués ou confinés – sachant que dans cette zone inondable, la topographie ne peut être modifiée. Mais les déchets de la sidérurgie seront considérés comme faisant aussi partie de l’héritage. « Il faut poursuivre le cycle de l’acier en dédiant des parcelles à la recherche scientifique, explique Baptiste Hernandez. On testera in situ des méthodes de récupération des métaux lourds et leur réutilisation. Les techniques expérimentées ici pourront servir ailleurs, générant ainsi de la richesse économique. » Un laboratoire à ciel ouvert qui aura une grande vertu pédagogique.

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Communauté d’agglomération du Val-de-Fensch (CAVF) et Etablissement public foncier de Lorraine (EPFL). Maîtrise d’œuvre : Agence HDZ Urbanistes Architectes : réalisation de l’étude de vocation du site, accompagnement de la CAVF comme urbaniste-coordonnateur et AMO pour la mise en œuvre opérationnelle du projet. Superficie totale : 17 ha (12 ha de friches, plus les 5 ha du jardin des Traces). Calendrier prévisionnel : études, 2012 ; désignation du maître d’œuvre du parc, avril 2014 ; travaux, 2015-horizon 2020. Coût global estimatif: 20,6 millions d’euros HT dont 11,7 pour la CAVF et 9,9 millions pour l’EPFL.

ENCADRE

Lavaveix-les-Mines - Plus de charbon, mais des projets

Lavaveix-les-Mines ne porte plus si bien son nom. Comme le rappelle celui qui ne sera bientôt plus son maire, Pierre Brignolas, cette petite commune de la Creuse est « née pour la mine, au XIX e siècle, et s’est affaiblie depuis la fermeture de celle-ci, dans les années 1960. Alors qu’on a compté jusqu’à 6 000 habitants, on n’en recense plus aujourd’hui que 750 à 800 ». Devant la mort lente qui menaçait, la commune s’est lancée dans un projet de réhabilitation des 20 ha bâtis de la mine en friche. A proximité immédiate du centre-bourg, se dresse encore, en effet, tout un patrimoine constitué des anciens ateliers, des logements des mineurs et des ingénieurs, des bureaux ou encore de la laverie, classés à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. A la suite de la liquidation de la société des Houillères d’Ahun, la commune a acquis l’ensemble en 2007 pour l’euro symbolique mais elle n’entend pas se contenter de le muséifier.

« Nouvelles populations »

« L’objectif est d’attirer de nouvelles populations, donc de permettre un redéveloppement économique », poursuit Pierre Brignolas. Lavaveix a souhaité la reconversion du site de la friche minière, pour y accueillir, notamment, un centre de formation aux métiers de l’écoconstruction, mais a aussi un projet d’installation photovoltaïque ailleurs sur son territoire. En 2008, une étude d’aménagement de la mine a été confiée à l’architecte et urbaniste Boris Bouchet, lauréat 2013 du prix de la Première œuvre. Outre le chantier en cours des locaux de formation dans une partie des anciens ateliers de la mine sous la conduite de l’agence Oekoumène, Boris Bouchet, missionné jusqu’en 2015, a élaboré un projet global et proposé l’aménagement d’autres activités économiques comme une pépinière, un centre d’art dans la laverie, l’implantation de jardins ou d’emprises de maraîchage et la réalisation de logements de différents types : constructions en autopromotion ou habitat social dans des édifices reconvertis. L’architecte a d’ailleurs déjà réhabilité deux maisons minières dans lesquelles trois logements aidés ont été aménagés. « Ce projet est très positif, juge-t-il, mais aussi complexe. » Dans une commune aux ressources limitées, le succès de ce pari tient beaucoup à la capacité à mobiliser des financements.

ENCADRE

Fiche technique

Etude d’aménagement Maîtrise d’ouvrage : commune de Lavaveix et Pays Combraille en Marche. Maîtrise d’œuvre : Boris Bouchet, architectes urbanistes ; CS2N, économiste ; Projective-Groupe, marketing commercial. Calendrier : 2008-2015. Ateliers de la mine (phase 1) Maîtrise d’ouvrage : Communauté de communes de Chénérailles. Maîtrise d’œuvre : Oekoumène, architecte mandataire ; Incub, BET thermique ; Larbre, BET fluides et VRD ; Defretin, BET structure. Livraison : sept. 2014. Travaux : 1,18 million d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X