Enjeux

Les fragments de clivage aussi nocifs que l’amiante ?

Mots clés : Bâtiment et santé

Le principe de précaution sera appliqué pour protéger les salariés de ces particules.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de rendre son rapport sur la question de la nocivité des fibres d’actinolite non amiantifère : il prône le principe de précaution. C’est en 2014 que certaines collectivités locales avaient tiré la sonnette d’alarme : un « nouveau » type d’amiante, l’amiante actinolite, était découvert dans certains granulats d’enrobés routiers. Jusqu’ici, on s’intéressait seulement au chrysotile, une forme d’amiante ajoutée intentionnellement pendant des années par les fabricants d’enrobés du fait de ses propriétés physiques.

Pour traiter le problème de l’exposition des salariés aux poussières d’amiante actinolite, l’application de la réglementation « amiante » suffit. Mais il y a un hic : certains matériaux qui ne sont pas de l’amiante mais contiennent de l’actinolite peuvent diffuser, une fois soumis à une contrainte mécanique, des « fragments de clivage ». Or ces particules, note l’Anses dans son rapport, « peuvent parfois être comptabilisées, du fait notamment de leurs caractéristiques dimensionnelles, comme des fibres d’amiante ». L’Agence avait donc été saisie pour répondre en particulier à une question d’importance pour les acteurs des TP : quelle est la nocivité réelle de ces fragments de clivage, notamment les fibres d’actinolite non amiantifère ? Avec, en ligne de mire, un possible durcissement de la réglementation.
L’Anses a conclu qu’il n’existait aucune preuve formelle de la nocivité de ces fragments de clivage ; pour autant, les études épidémiologiques disponibles aujourd’hui « ne permettent pas d’exclure un risque pour la santé lié à l’exposition aux fragments de clivage ». Dans le doute, l’Agence invite donc à ne pas faire de différence, en termes de prévention des risques, entre les fragments de clivage non amiantifères, mais ayant certaines propriétés physiques, et leurs homologues amiantifères. Autrement dit, il faut partir du principe que certaines fibres d’actinolite non amiantifère sont peut-être aussi dangereuses que des fibres d’amiante actinolite.

L’industrie routière est « sereine ».

Ces conclusions de l’Anses, saisie de la question par différents ministères, n’impliquent pas de changement immédiat de la réglementation. Cependant, ses avis sont généralement très suivis et fournissent bien souvent une base solide aux nouveaux textes en matière de sécurité au travail. L’Union des syndicats de l’industrie routière française (Usirf) s’est dite « sereine » face aux conclusions de ce rapport. « L’Agence invite à poursuivre les travaux de recherche sur le sujet et à renforcer les moyens de protection, explique Jean-Baptiste de Prémare, le délégué général de l’Usirf. Nous avions déjà anticipé en liaison avec les acteurs de la santé au travail ce risque potentiel sur nos chantiers, et nous le gérons avec la même exigence que les autres risques professionnels liés à des émissions de poussières. » L’Usirf mène depuis 2012 une campagne de mesures de l’empoussièrement sur les différentes phases de ses chantiers (rabotage, sciage, carottage…). Ses premiers résultats, publiés en décembre, sont plutôt encourageants : ils indiquent que sur un chantier de fraisage routier, l’empoussièrement en amiante est inférieur à 10 fibres par litre d’air inhalé sur huit heures de travail (la valeur limite légale d’exposition professionnelle à l’amiante) et dans la majorité des cas inférieur à 5 fibres par litre.

Le rapport de l’Anses devrait nourrir la future réforme de la réglementation sur l’amiante. « Nous sommes à la disposition des pouvoirs publics pour participer à ce travail réglementaire, assure Jean-Baptiste de Prémare. De la même manière que notre profession a participé à la rédaction de guides d’application de la réglementation de 2012 sur l’amiante. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X