Management et prévention MÉCÉNAT

Les fondations d’entreprise progressent

Mots clés : Communication - marketing - Gestion de l'entreprise

Volonté de s’engager dans des actions d’intérêt général, valoriser l’image du secteur, renforcer son ancrage sur un territoire…, les motivations des entreprises mécènes ne manquent pas.

Le mécénat d’entreprise connaît un fort développement ces dernières années. Un engouement auquel le BTP n’a pas échappé. Eiffage, Colas, Vinci, Cari, Balas…, nombreux sont les grands groupes et PME à s’être dotés de fondation d’entreprise, de fonds de dotation ou à opérer en dehors de structure dédiée. « En 2008, 6 % des entreprises mécènes étaient issues du secteur du BTP. Ce pourcentage augmente chaque année », note Bénédicte Menanteau, déléguée générale d’Admical, association intervenant dans le domaine du mécénat d’entreprise. Les raisons en sont multiples. « Le mécénat d’entreprise s’est développé du fait de la montée en puissance de la RSE (responsabilité sociale) au sein des entreprises », souligne Estelle Lauvergne, responsable mécénat et partenariats solidaires d’IMS-Entreprendre pour la Cité. C’est le cas de la fondation d’entreprise Bouygues Construction : « La fondation Terre plurielle, créée en 2008, s’inscrit pleinement dans l’axe 7 d’Actitudes, notre démarche de développement durable, qui nous engage à participer à la vie économique et sociale des territoires où nous sommes implantés », illustre Quentin d’Epenoux, délégué général.

Valoriser l’image

Dans un secteur longtemps en tension comme le BTP, le mécénat présente un autre avantage : celui de valoriser son image. Ainsi, la FFB a créé, en 2005, sa fondation : « L’idée de fond était de montrer que les entrepreneurs du bâtiment savaient faire preuve de générosité en soutenant des projets visant à lutter contre l’exclusion », souligne Gérard Laurent, président de la fondation. La même année a vu la naissance de la fondation BTP , fondation de BTP Gestion, organisme paritaire de l’épargne salariale. « Elle a pour vocation de soutenir des projets innovants qui favorisent la promotion sociale des jeunes et de conduire des projets contribuant à valoriser l’attractivité des métiers du BTP », indique Jean-Marie Giret, son délégué général. Pour une entreprise, le mécénat peut permettre d’agir très amont. A l’instar de Spie Batignolles qui, au travers de sa fondation d’entreprise, accorde des bourses d’études à des étudiants dès leur entrée à l’ESTP ainsi qu’à des jeunes en formation bac 2. Elle soutient également, au travers de la fondation de la Légion d’honneur, le programme « un avenir ensemble » qui vise à parrainer des jeunes lycéens issus de milieux défavorisés jusqu’à leur entrée dans la vie active. « Notre fondation est en lien avec les valeurs et la stratégie de l’entreprise. Notre ancrage dans les domaines de l’éducation et de l’insertion nous permet d’être en amont de notre politique ressources humaines », explique Maurice Neyme, secrétaire général de la fondation.

Appels à projets

La plupart des fondations d’entreprise soutiennent des projets apportés et/ou portés par leurs salariés. Et susciter l’intérêt n’est pas toujours aisé. Aussi, ces structures lancent-elles des appels à projets en direction de leurs collaborateurs ou vers l’extérieur. « C’est très fédérateur, estime Quentin d’Epenoux. Lorsqu’un projet amené par un collaborateur est soutenu par la fondation, cela renforce son sentiment d’appartenance au groupe. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

EN SAVOIR PLUS

Pour favoriser les rencontres entre les PME mécènes et les associations porteuses de projets, IMS-Entreprendre pour la Cité a mis en ligne le site www.mecenova.org

ENCADRE

Colas met ses compétences au service de Versailles

Restaurer l’esplanade autour du bassin d’Apollon et renforcer les sols de la terrasse nord du château, tels sont les deux chantiers prioritaires que l’entreprise Colas se charge de réaliser dans le cadre d’un mécénat de compétences passé avec l’Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles. Un mécénat estimé à plus de 2 millions d’euros.
« Les sols connaissent un important phénomène d’érosion du fait du passage des piétons et de certains véhicules. Nous avons donc pour mission de les conforter tout en préservant leur aspect d’origine », indique Pierre Calvin, directeur commercial de Colas. Pour ce faire, l’entreprise a mis au point un revêtement spécial, l’Héliocol. « Il s’agit d’un revêtement semi-rigide clair intégrant le silex blond spécifique du château. Les sols conserveront ainsi leur couleur naturelle tout en étant moins sensibles à la poussière, si présente sur le site », explique-t-il.
Un chantier qui nécessite la présence d’une dizaine de collaborateurs de Colas, de géomètre et de conducteurs de travaux. En période de pointe, les équipes pourront monter jusqu’à 25 personnes. Une fois ces travaux achevés, l’entreprise devrait s’attaquer à la requalification de « l’Etoile royale ».

ENCADRE

« Le mécénat s’inscrit de plus en plus dans la stratégie de l’entreprise »

Restaurer l’esplanade autour du bassin d’Apollon et renforcer les sols de la terrasse nord du château, tels sont les deux chantiers prioritaires que l’entreprise Colas se charge de réaliser dans le cadre d’un mécénat de compétences passé avec l’Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles. Un mécénat estimé à plus de 2 millions d’euros.
« Les sols connaissent un important phénomène d’érosion du fait du passage des piétons et de certains véhicules. Nous avons donc pour mission de les conforter tout en préservant leur aspect d’origine », indique Pierre Calvin, directeur commercial de Colas. Pour ce faire, l’entreprise a mis au point un revêtement spécial, l’Héliocol. « Il s’agit d’un revêtement semi-rigide clair intégrant le silex blond spécifique du château. Les sols conserveront ainsi leur couleur naturelle tout en étant moins sensibles à la poussière, si présente sur le site », explique-t-il.
Un chantier qui nécessite la présence d’une dizaine de collaborateurs de Colas, de géomètre et de conducteurs de travaux. En période de pointe, les équipes pourront monter jusqu’à 25 personnes. Une fois ces travaux achevés, l’entreprise devrait s’attaquer à la requalification de « l’Etoile royale ».

ENCADRE

« Le mécénat s’inscrit de plus en plus dans la stratégie de l’entreprise »

Que recouvre le mécénat d’entreprise ?

Le mécénat offre la possibilité à une entreprise de s’engager et d’engager ses collaborateurs dans des actions d’intérêt général que ce soit dans le domaine culturel, de la solidarité (social, éducation, santé, insertion…), de la recherche. Elle peut traduire cet engagement soit au travers d’un don financier – ce qu’elles font en grande majorité – en nature ou en compétences. Si la fondation d’entreprise reste la forme la plus aboutie du mécénat, elle ne nécessite pas forcément beaucoup de moyens pour produire un impact

Quelles raisons peuvent conduire les entreprises à faire du mécénat ?

Elles sont multiples. Pour certaines, le mécénat traduit une volonté de construire une œuvre d’intérêt général et de fédérer ses collaborateurs autour d’une thématique forte. Pour d’autres, le mécénat symbolise un ancrage sur un territoire. Il peut être également actionné comme un facteur différenciant, permettant de se créer une identité. Pour toutes, la défiscalisation n’est pas une raison suffisante d’engagement.

Quelles sont les évolutions du mécénat d’entreprise ?

Les champs du mécénat se sont diversifiés et sont croisés. En effet, les entreprises interviennent de plus en plus sur des projets mêlant plusieurs domaines comme la culture et l’éducation ou l’insertion et l’environnement. L’autre grande évolution concerne l’ancrage du mécénat : il s’inscrit davantage dans une réflexion plus large qui vise la stratégie de l’entreprise, la cohérence et la lisibilité de ses actions.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X