Architecture Technique Génie climatique

Les fluides nouveaux sont arrivés

Mots clés : Chauffage - froid - Equipements techniques et finitions - Matériel - Equipement de chantier

La réglementation pousse l’industrie de la pompe à chaleur à changer ses habitudes. Les alternatives se multiplient.

Les constructeurs de pompes à chaleur (PAC) arrivent à la croisée des chemins. Ils doivent choisir une alternative technique au R-410A. Aujourd’hui, si la majorité de leurs machines emploie ce fluide frigorigène, il est néanmoins entré dans le crépuscule de sa carrière. Il s’agit d’un mélange de deux molécules fluorées, le R-32 et le R-125, qui, libérées dans l’atmosphère, contribuent grandement au réchauffement climatique. Une tonne de R-125 équivaut ainsi à 3 500 tonnes de dioxyde de carbone (CO2). Bruxelles a donc décidé d’intervenir. Le règlement européen du 16 avril 2014 relatif aux gaz à effet de serre fluorés, surnommé le F-gas, impose à l’industrie chimique des quotas de production pour cette famille de composés. D’ici 2018, le secteur du génie climatique craint une hausse des prix du R-125, fortement touché par ces dispositions.

Depuis deux ans, les fabricants japonais de pompes à chaleur ont donc amorcé un renouvellement de leur catalogue français. Leurs nouveaux produits emploient uniquement du R-32, moins impacté par le texte. Toutefois, il appartient à la catégorie des gaz légèrement inflammables. Daikin a lancé le mouvement en 2013 avec une première PAC air/air résidentielle haut de gamme, l’Ururu Sarara. Dans la même veine, elle a mis sur le marché en mars une série d’unités murales plus abordables, baptisée Bluevolution. « A masse égale, les performances du R-32 sont supérieures à celles du R-410A, souligne François Deroche, directeur marketing de Daikin France. Les règles de mise en œuvre des nouvelles PAC restent identiques aux modèles précédents. Quelques outils doivent être adaptés tels que le manomètre. » Toshiba commercialisera un équipement analogue au second semestre 2016.

Le CO2 manque encore de flexibilité.

L’entreprise Sanden explore pour sa part l’usage du CO2 comme voie de substitution. Elle propose une PAC de 4,5 kW destinée aux logements collectifs qui emploient ce composé. Spécialisée dans la climatisation automobile, la société nippone s’intéresse à des molécules naturelles depuis 2005. Cette année-là, le secteur automobile européen a entamé une transition analogue aux systèmes thermodynamiques actuels. Elle débouchera sur l’interdiction complète du fluide frigorigène traditionnel, le R-134A, en 2017. « Il ne faut pas se leurrer. Dans quelques années, l’ensemble des gaz fluorés sera interdit, observe Sylvain Gillaux, responsable de la stratégie produit au sein de Sanden Europe. Nous avons opté pour le CO2 qui présente l’avantage d’être non toxique, non inflammable, et de posséder une influence sur le réchauffement climatique inférieure aux autres solutions. »

Toutefois, ce fluide présente quelques inconvénients. Tout d’abord, il requiert de plus grandes pressions, de l’ordre de 130 bars contre 24 bars pour un équipement au R-410A. Selon ses détracteurs, cette caractéristique entraînerait d’importants surcoûts. « L’argument du prix ne tient pas. Pour des applications de froid commercial, dans des supermarchés, un système au CO2 revient entre 3 et 5 % plus cher qu’une installation traditionnelle », rétorque Sylvain Gillaux. L’emploi du gaz carbonique nécessite néanmoins une formation spécifique. En outre, s’il se révèle très performant dans les procédés frigorifiques, il reste moins efficace pour des applications de chauffage. « Le CO2 est meilleur quand la différence entre les températures de sortie et de retour est importante », indique Sylvain Gillaux. Son usage demeure donc limité aujourd’hui à des sites avec de forts besoins en eau chaude sanitaire. Sanden conseille d’employer son produit dans des bâtiments de 10 à 12 logements. La firme compte élargir sa gamme dans les prochains mois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X