Actualité Miramas

Les espaces publics de la Maille II rendus aux locataires

Lancé depuis quelques mois, le projet de rénovation urbaine du quartier de la Maille II, à Miramas, s’articule sur un important programme de travaux visant à recomposer une grande partie du cadre bâti. Il s’agit, en effet, de démolir 117 logements sociaux, construire 158 nouveaux logements collectifs et individuels, rebâtir le groupe scolaire et l’unique commerce du quartier, tout en implantant de nouveaux équipements collectifs dans le quartier.

Mais la Ville de Miramas et les différents bailleurs sociaux présents sur le site ont également prévu de remodeler en profondeur les 80 000 m 2 composant l’espace public. Une mission confiée à l’agence marseillaise d’urbanisme Stoa, lauréate (1) d’un concours de maîtrise d’œuvre en décembre 2009. La structure dirigée par Charly Bové, Pascal Urbain et Thierry Ciccione a redessiné dans les moindres détails la trame de ce quartier conçu en 1977 pour former l’entrée nord de la ville, mais qui s’est transformé au fil des ans en barrière urbaine, isolant la Maille II du centre historique de Miramas.
Le parti pris par Stoa a d’abord consisté à redimensionner les espaces collectifs, bien trop généreux pour être entretenus de manière satisfaisante par la collectivité et les opérateurs HLM.

Les « remparts » percés

Une partie des espaces communs sera donc restituée aux locataires sous forme de jardins privatifs, tandis que de vraies rues seront redessinées afin de donner davantage de lisibilité à l’espace public. Dans le même temps, une voie piétonne traversant le quartier et le reliant aux îlots d’habitation voisins sera créée. Enfin, les immeubles bordant la cité – qualifiés de « remparts » par l’équipe d’urbanistes – seront ponctuellement percés afin d’augmenter la porosité entre la Maille II et le centre-ville. Le programme d’aménagement prévoit également de « normaliser » la présence de l’automobile dans le quartier en créant des parkings à l’intérieur et aux abords du site et en retraitant les voiries comme de véritables rues urbaines.
Le chantier de la réécriture de l’espace public devrait débuter en fin d’année pour s’achever en 2013. Le coût des travaux est estimé à 8,5 millions TTC.n

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Avec le BET Sitétude, Laure Thierrée (paysagiste) et Celsius Ingénierie (BET environnement).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X