Technique et construction durable

Les entrepôts déclarent leur flamme au « tout acier »

Mots clés : Acier - Établissements industriels, agricoles, ICPE

Dans les espaces de stockage, les structures et parois métalliques ont passé avec succès l’épreuve du feu.

L’arrêté du 11 avril 2017 relatif aux prescriptions générales applicables aux entrepôts couverts relevant de la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) a précisé les règles de construction pour la plupart des plates-formes logistiques. Fixant une obligation de résultat sur le risque incendie, le texte concerne notamment les stockages contenant plus de 500 tonnes de matériaux combustibles, les dépôts de papiers et cartons, de bois et de plastiques. Un an plus tôt, en juin 2016, le Centre technique industriel de la construction métallique (CTICM) avait publié de son côté un guide de conception des écrans et parois thermiques pour ces locaux à charpente métallique, signe du vif intérêt du secteur pour le sujet. Il porte sur les mêmes ouvrages que ceux pris en compte dans l’arrêté, entrepôts frigorifiques en sus.

Ces bâtiments constituent l’un des cœurs de marché de la construction métallique et revêtent un caractère stratégique pour les fournisseurs et entreprises de cette filière. Ils sont généralement construits avec des portiques et des toitures en acier qui satisfont réglementairement à une tenue au feu minimale de quinze minutes. Parois et dalles doivent, pour leur part, afficher une résistance à l’incendie de deux heures. Quant aux parois et écrans entre cellules, ils doivent être capables de limiter le rayonnement thermique dans l’environnement immédiat. L’ensemble du bâtiment doit aussi répondre à un scénario...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5937 du 29/08/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X