Régions Alsace

Les écoles montrent de quel bois elles sont faites

Mots clés : Bois - Energie renouvelable - Entreprise du BTP - Logement social

4 226 MW Potentiel de développement de l’éolien dans l’Est, dont 2 400 MW en Champagne-Ardenne. Source : FEE .

1,5 Md€ Montant annuel des travaux BTP des bailleurs sociaux de la nouvelle Union régionale HLM du Grand Est.

51,7 M€ Montant du renouvellement, bientôt achevé, de 45 km de voies par suite rapide entre Onville et Longuyon.

La structure bois commence à se faire sa place dans la construction d’équipements pour la petite enfance et les scolaires en Alsace. L’inter profession régionale Fibois a fait récemment visiter six réalisations de référence aux maîtres d’ouvrage, « qui se montrent de plus en plus demandeurs », relève-t-elle. La valorisation d’un matériau naturel, si possible par l’utilisation des ressources locales, et la perspective de hautes performances énergétiques motivent leur intérêt.

Pour l’accueil petite enfance et périscolaire de la commune de Lutzelhouse (Bas-Rhin) construit sur 630 m pour 1,6 million d’euros TTC, le cabinet AEK Architecture a retenu une structure MHM (Massiv Holz Mauer). Cette solution de type lamellé-cloué est constituée de murs et panneaux massifs sans colle. Le franc-comtois Chalets Claudet l’a mise en œuvre sur 20 cm renforcés de 10 cm de fibre de bois et laine de verre. « L’épaisseur ainsi obtenue procure une résistance thermique de 5 m . K/W », souligne Eric Kress, gérant du cabinet d’architecture.

Appel aux entreprises régionales. A Lutzelhouse, la présence du béton se limite à l’espace intermédiaire entre les deux fonctions du bâtiment. Elle est tout aussi marginale au collège BelAir de Mulhouse (Haut-Rhin), dont les deux étages sont constitués de planchers massifs CLT ( cross laminated timber , ou lamellé-croisé en français) d’environ 30 cm et de murs à ossature bois. Des caissons porteurs en bois composent également la toiture. « Les faux plafonds ont été arrêtés avant la façade, de manière à rendre la structure bois bien apparente. Ce signal s’ajoute à celui donné par l’atrium, dont tous les éléments décoratifs et d’aménagement sont en bois », souligne Philippe Koscielski, dirigeant de K’nL Architecture, maître d’œuvre. Isolé à l’ouate de cellulose, à la fibre de bois en extérieur et à la laine de verre en intérieur, le bâtiment de 10,86 millions d’euros HT, pour 6 600 m , réduit sa consommation énergétique primaire annuelle à 27 kWh au mètre carré.

Les autres références mises en exergue par Fibois Alsace concernent le périscolaire Europe à Obernai dans le Bas-Rhin – 1 300 m pour 2,4 millions d’euros de travaux HT conçus par Tekton Architectes en structure bois (poteaux-poutres OSB) et briques thermiques -, les deux écoles, dans le Haut-Rhin, à énergie positive de Burnhaupt-le-Haut et passive de Bernwiller, riche en matériaux biosourcés ( Le Moniteur du 30 septembre 2016, page 49) , ainsi que la crèche franco-allemande de Strasbourg.

Un développement plus ample supposerait que les entreprises régionales de transformation du bois s’engagent davantage dans les procédés novateurs qui ont le vent en poupe, comme le CLT. « Ce mouvement semble s’amorcer », espère Thibaud Surini, prescripteur bois à Fibois Alsace.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X