Régions Grenoble

Les eaux usées réchauffent la métropole

Mots clés : Qualité de l'eau - eau potable

En modernisant Aquapole, son unité de traitement des eaux usées, Grenoble Alpes-Métropole visait trois objectifs : améliorer et fiabiliser les performances de traitement des eaux usées avec la création d’une unité de nitrification, réduire les nuisances olfactives en confinant les ouvrages et en traitant l’air extrait, et assurer la méthanisation des boues et la valorisation du biogaz ainsi produit. Après deux ans de travaux et un investissement de plus de 50 millions d’euros, la station d’épuration nouvelle génération vient tout juste d’être inaugurée. Le procédé de méthanisation permet non seulement de réduire le volume des boues de 30 à 35 % mais également de les traiter directement sur site en produisant une source d’énergie stockable, renouvelable et valorisable : le biogaz. Ce dernier sert alors de combustible d’appoint pour le four d’incinération des boues mais pas seulement. Une fois purifié, il est transformé en biométhane avant d’être injecté dans le réseau de gaz du chauffage urbain permettant d’alimenter l’équivalent de 2 500 foyers.

La métropole a signé une concession de travaux publics et d’exploitation d’une durée de quinze ans avec Aquabiogaz, qui se charge de purifier et d’injecter le biogaz dans le réseau. Avec 9 000 tonnes de boues traitées annuellement et 10 000 m de biogaz produits quotidiennement par méthanisation, Aquapole est désormais la deuxième plus importante station de ce type en France.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X