Enjeux

Les drones à l’assaut des chantiers

Mots clés : Entreprise du BTP - Logiciels - Outils d'aide - Transport aérien

Les petits aéronefs sont de plus en plus utilisés dans le BTP. Le nombre exponentiel de données recueillies depuis les airs et leur intégration dans les projets BIM ouvrent de nouvelles perspectives.

Voilà un marché pour lequel Artelia n’aurait même pas candidaté il y a encore un an. C’est pourtant bien le groupe d’ingénierie qui inspectera dans quelques semaines les 64 000 m² de façades extérieures du nouveau Palais de justice de Paris, pour en évaluer la performance énergétique. « Nous mènerons cette opération grâce à un drone équipé des dernières caméras infrarouge et de détection thermographique », annonce Bernard Mercier, responsable de la branche planning et organisation chez Artelia.

En matière de drones, l’ingénieriste voit grand. Au printemps dernier, il a été le premier cabinet indépendant à lancer une offre intégrée, début 2016, avec un large spectre de missions, qui vont de l’inspection d’ouvrages d’art à la prise de vues pour le suivi périodique de chantier. « Nous avons déjà mené une quarantaine d’opérations, et nous prévoyons que la demande sera exponentielle dans le BTP », appuie Bernard Mercier.

De fait, depuis la réglementation de 2012 sur l’usage des drones civils en France, qui a donné le top départ aux usages professionnels, le recours aux aéronefs progresse chaque année. Selon une étude KPMG-Le Moniteur, réalisée fin 2016 auprès de 304 dirigeants représentatifs de la maîtrise d’œuvre et de la construction, près de 22 % d’entre eux avaient déjà sollicité un aéronef pour une inspection et un diagnostic de bâtiment ou d’ouvrage, une modélisation 3D, etc.

Gagner du temps et de l’argent. « Les avantages du drone sont vite perçus, décrypte Thai-Binh Phan, directeur général de Parrot Air Support. Par rapport à une intervention humaine, il permet de gagner du temps et donc de l’argent, et de sécuriser à peu près toutes les opérations, en hauteur ou dans les zones difficiles d’accès. » La liste des missions exécutables par les objets volants s’étoffe d’autant plus que les technologies progressent et que des nouveaux besoins apparaissent, découlant parfois de nouvelles contraintes réglementaires. C’est le cas de la rénovation thermique. Comme Artelia, de nombreux acteurs lancent des offres. Parrot Air Support propose, par exemple, depuis mars, son outil breveté d’inspection thermographique. Il restitue en ligne le modèle 3D thermique de l’enveloppe d’un bâtiment. « La modélisation permet au maître d’œuvre d’identifier et de cibler immédiatement les zones de déperdition de chaleur à investiguer », complète Thai-Binh Phan.

Dans le génie civil, les ouvrages d’art ou les lignes à haute tension, les aéronefs accaparent aussi de plus en plus de tâches. Le marché se structure selon une...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5920 du 05/05/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X