Territoires Budget

« Les départements sont à l’ardoise, comme au bistrot ! »

Mots clés : Produits et matériaux

Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord, en charge de la Commission des finances locales à l’Assemblée des départements de France (ADF).

Le département du Nord est considéré comme le plus en difficulté financièrement. Jean-René Lecerf, son président, était à Matignon la semaine dernière pour négocier une marge de manœuvre.

Pourquoi attendre la date butoir de mi-avril pour voter votre budget primitif ?

Pour voter un budget sincère, il faut au moins connaître les règles du jeu. Or, j’ai deux courriers sur mon bureau, signés de Mme Lebranchu et de M. Valls, me confirmant l’adoption d’une réforme structurelle au cours de la deuxième quinzaine de mars.

Que reste-t-il de la capacité d’investissement du département, sachant le poids du revenu de solidarité active (RSA) ?

De 500 millions d’euros il y a cinq ans, nous sommes passés à 185 millions en 2015. A ce train, c’est la mise sous tutelle dès 2017. Nous pourrions certes augmenter la fiscalité mais encore faudrait-il que l’Etat nous autorise à sanctuariser cette ressource. Bref, comme au bistrot, nous sommes à l’ardoise ! C’est pourquoi, avec mes collègues de l’Assemblée des départements de France, nous réclamons au Premier ministre une renationalisation partielle du financement du RSA.

Investir 71 millions dans la seule construction de la rocade nord de Valenciennes, n’est-ce pas un peu mettre tous vos œufs dans le même panier ?

Il y a depuis longtemps une forte pression du milieu économique pour que cette infrastructure soit réalisée. C’est un projet essentiel pour le développement de l’emploi sur un des secteurs du département les plus en difficulté. Mais d’autres projets se feront avec la Métropole européenne de Lille, avec la grande région, qui ouvre de nouvelles perspectives de travail en commun. Et puis j’ai l’intention de porter les opérations sorties de terre, comme le musée du Verre de Sars-Poteries (voir « Le Moniteur » du 26 février 2016, p. 36), dont j’entends faire un projet de territoire.

Le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) du Nord, qui traverse une période délicate, va-t-il être intégré dans une plate-forme d’ingénierie ?

Un audit est en cours sur le CAUE. Pour autant, son utilité ne m’apparaît pas contestable. Mais il y a des relations nouvelles à mettre en place entre l’agence technique départementale, le CAUE, l’Association des maires du Nord… J’imagine plus un portail commun qu’un GIE. Je suis là pour remettre le département du Nord sur de bons rails. Je ne briguerai pas un second mandat.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X