Territoires Ille-et-Vilaine

Les coûts du logement social réduits avec la construction participative

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

A Saint-Médard-sur-Ille, commune à 25 km de Rennes, le promoteur social Néotoa propose, pour 135 000 euros, des maisons R + 1 de trois chambres, terrain de 400 m² compris. Un prix défiant toute concurrence, mais qui s’explique par le principe retenu : la construction participative. « Les Compagnons Bâtisseurs viendront encadrer les propriétaires pour la réalisation de certains travaux », précise Bruno Caccia, directeur général de Néotoa. Ainsi, le terrassement, les fondations et une partie des lots techniques seront confiés à des entreprises. « Au total, environ 50 % de la valeur de la maison sera faite par les propriétaires », ajoute Philippe Scouarnec, directeur du développement.

Economie de 70 000 euros à l’achat.

La participation des acquéreurs aux travaux est donc obligatoire. Il faut mobiliser deux périodes de vacances estivales et environ trois week-ends sur quatre pendant les dix-huit mois que durera le chantier. Un investissement personnel conséquent mais qui, à l’arrivée, permet à chaque propriétaire d’économiser quelque 70 000 euros. Reste que Néotoa peine à réunir un nombre suffisant de ménages intéressés.

« Le projet global comprend une opération locative de six logements groupés et dix maisons individuelles en construction participative. Plutôt que de renoncer à ce projet, nous réduirions à 5 le nombre de maisons », envisage Philippe Scouarnec. Cinq réunions publiques ont déjà eu lieu. Bilan provisoire : quatre familles engagées et quelques autres encore hésitantes. Il est vrai qu’il ne s’agit absolument pas de conception participative. Afin de simplifier le chantier, les dix maisons seront identiques : R + 1 en ossature bois et combles aménageables. La maîtrise d’œuvre a été confiée à l’architecte Véronique Cornillet (Le Labo), qui a déjà une expérience dans ce type de projets participatifs. De surcroît, les candidats disposent de peu de réalisations comparables pour s’informer. « C’est une véritable difficulté », regrette Philippe Scouarnec.

Combattre l’individualisme.

Autre point de blocage : le temps que les propriétaires doivent consacrer à la construction. « Pour cette opération innovante, la communauté de communes à laquelle nous avons acheté le terrain a fait un gros effort financier. Une maison équivalente à cet endroit reviendrait à environ 200 000 euros », souligne Bruno Caccia. Et puis, il y a aussi l’esprit du projet.

A Saint-Médard-sur-Ille, ce n’est pas du tout « chacun construit sa maison ». Tous les participants travailleront sur la maison de leurs voisins et ce, sous la supervision des Compagnons bâtisseurs. Car, bien sûr, les maisons répondent aux normes en vigueur et feront l’objet d’un contrat Vefa (vente en l’état futur d’achèvement).
Le projet locatif, également en structure bois, va démarrer dès l’automne prochain, permettant ainsi aux Compagnons bâtisseurs de se préparer au mieux à l’assemblage des panneaux. Bruno Caccia est confiant : « Ce type de projet génère beaucoup d’attentes et d’intérêt. Nous pensons que c’est vraiment une réponse à l’individualisme. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Autre projet innovant, une résidence intergénérationnelle

Avec un parc de 17 000 logements, essentiellement dans le département d’Ille-et-Vilaine, et un rythme de construc – tion de l’ordre de 500 à 600 logements chaque année, le promoteur social Néotoa s’intéresse depuis longtemps à l’in – novation. Actuellement, le bailleur travaille à un projet au – tour de la création de lien social. « Nous ouvrirons en 2018, à Rennes, une résidence intergénérationnelle de 117 loge – ments où sera organisée une coproduction de services par les habitants », annonce Bruno Caccia, directeur général de Néotoa. Parallèlement, l’entreprise mène deux projets de conception participative : l’un à Rennes et l’autre à Mélesse. « L’autoconstruction accompagnée découle aussi de ces deux projets », conclut le directeur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X