Architecture

Les coulisses de la performance

En sous-sol, l’urgente modernisation des réseaux techniques touche à sa fin.

Rénover et entretenir le château de Versailles est une opération complexe. Le projet du Grand Versailles vise à la fois à améliorer la conservation des œuvres et à mettre en sécurité le château. De ces priorités découlent des travaux qui s’organisent en deux grandes phases : la première a concerné notamment la mise en sécurité et la modernisation des réseaux ainsi que la création du pôle énergétique du grand commun. La seconde doit permettre de moderniser les infrastructures techniques du corps central du château, qui accueille les grands appartements, et de réhabiliter le château d’eau afin d’y installer un ensemble de production frigorifique. Auparavant, les équipements techniques étaient répartis dans différents endroits du château et « mitaient » les zones nobles d’accueil du public.

A l’occasion du schéma directeur du Grand Versailles, il a été décidé de centraliser ces équipements et de les descendre d’un niveau. Ce qui a donné lieu à la création du pôle énergétique sous la cour du Grand Commun où sont réunis les groupes frigorifiques, les transformateurs électriques, l’arrivée du réseau de chauffage urbain, etc. La distribution des fluides dans le château s’effectue ensuite à travers une nouvelle galerie technique, qui passe sous les fondations. Plus modeste, un caniveau technique abritant le réseau froid reliera le pôle énergétique au château d’eau. La boucle d’eau glacée évacuera les calories des groupes froids grâce aux futures tours aéroréfrigérantes.

Suivi des performances. Les fluides du pôle énergétique alimenteront des zones du château, et en premier lieu le local technique situé sous la terrasse du Midi. Livré cet été, ce local compte pour l’instant deux centrales de traitement d’air qui doivent réguler la température et le taux d’humidité relative des grands appartements orientés au sud du corps central. « En été, la chaleur oblige les agents à ouvrir les fenêtres. Or cela favorise la pénétration des poussières et l’encrassement des décors et des peintures », explique Stéphane Masi, chargé d’opérations à la direction du patrimoine de l’Etablissement public de Versailles. Maintenir une température qui ne dépasse pas 25 °C, ainsi qu’une humidité relative de 50 % devrait régler cette question. Le suivi des performances permettra de dimensionner les équipements qui traiteront l’ambiance des grands appartements nord.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X